SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 29 September 2022, Thursday |

Qui est derrière le plan visant à frapper les relations internationales et la représentation diplomatique du Liban ?

L’indifférence des dirigeants à l’égard de l’importance de la représentation diplomatique du Liban à l’étranger et de ses conditions met son sort en péril, car les rapports avec le corps diplomatique étranger indiquent, selon des sources diplomatiques éminentes à « Sawt Beirut International », qu’il en est arrivé à ce qui suit :

-Une capitulation totale allant jusqu’à l’arrêt du travail, si les procédures de non financement par l’Etat se poursuivent, puisque d’ici le premier septembre, si les salaires et les besoins opérationnels des ambassades et des consulats généraux ne sont pas payés, quatre mois se seront écoulés pour le non paiement de ces salaires.

Tout cela soulève des questions sur qui est derrière cette situation d’atteindre ce niveau inacceptable et de conspirer avec une partie qui ne se soucie pas de la présence du Liban en tant qu’État à l’étranger. Ceci intervient à la veille du début de l’échéance constitutionnelle pour l’élection d’un nouveau président de la république, et du rôle que peuvent jouer les ambassades et les ambassadeurs dans le cadre des intérêts des Etats, notamment les acteurs de ce droit décisif.

– Détruire le lien réel entre le Liban et le monde, que ce soit au niveau politique ou entre les Libanais résidents et les expatriés. Au départ, il s’agit d’une rétribution pour l’expatrié qui a aidé les Libanais à se tenir debout en les aidant à supporter « l’enfer » dans lequel le système les a mis. Aussi, la rupture par le Liban de ses relations diplomatiques à l’étranger, conduira à un isolement arabe et international étouffant, au moment où le Liban a besoin des efforts concertés de ses frères et amis pour l’aider et le sortir de cette situation.

– La rupture des relations entre expatriés et résidents vise à affamer les résidents pour leur faire abandonner le gaz, le pétrole, les frontières et la dignité.

– Le recours à la grève du corps diplomatique n’est plus utile, car il semble que ce qui est demandé au système va au-delà de la grève, jusqu’à la fermeture par incapacité de continuer d’une quelconque manière.

– Les ambassades et les consulats généraux ont réduit les salaires et les dépenses de 40 %, et non de 25 %, comme l’exige le ministère des affaires étrangères et des émigrés. Quant aux employés locaux et ceux des pays accueillant les ambassades, ils peuvent recourir aux tribunaux pour régler leur situation avec l’ambassade. De même, le non-paiement des loyers des ambassades et des résidences des ambassadeurs conduira leurs propriétaires à lancer des poursuites contre l’État libanais.

    la source :
  • Sawt Beirut International