SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 30 January 2023, Monday |

Riad Salameh et les circulaires de la BDL…

Cent dix millions de dollars ont quitté la Banque centrale aujourd’hui via la plateforme « Sayrafa », après que la Banque du Liban a publié une circulaire adressée aux banques concernant des mesures exceptionnelles concernant les opérations en devises étrangères. Et cela dans le but de limiter la hausse du taux de change de la lire, et d’empêcher le dollar d’atteindre des plafonds plus élevés, et de contrôler temporairement le rythme de la contrebande.

La Banque centrale a rendu une décision portant le taux de change de Sayrafa à 38 000 et a demandé aux banques de donner aux citoyens des dollars en échange de la livre, au taux de Sayrafa et sans plafond.

Et le taux de change du dollar par rapport à la livre libanaise a considérablement diminué après ces circulaires, après que le dollar a enregistré des chiffres record au début de cette semaine, à quarante-huit mille livres libanaises pour un dollar.

En plus de sa déclaration publiée, qui stipulait l’achat par la Banque du Liban de toutes les livres libanaises contre le dollar américain au taux de « Sayrafa », le dirigeant a exhorté tout citoyen dont la banque habituelle ne lui répondait pas à se rendre immédiatement à la banque Al- Mawarid.

A noter qu’aujourd’hui est le dernier jour de travail de l’année et les banques travaillent le vendredi pour procéder à l’inventaire annuel avec la fermeture des portes extérieures, en plus des dimanche et lundi fériés. Comment la banque d’Al-Mawarid peut-elle répondre aux besoins des citoyens en une journée, en plusque les citoyens ne sachent pas le mécanisme de travail pour ceux qui n’ont pas de compte auprès d’elle.

Et puisque la banque Al-Mawarid a quelque peu violer les lois financières par la décision du dirigeant et n’est devenue qu’un lieu de « change », il faut s’assurer que la restructuration du secteur bancaire commence par la Banque du Liban et la restructuration du gouvernement.

Et avec le refus de la Banque centrale de remettre des devises fortes aux banques, ce processus a été entravé, il a plutôt dispersé la vie fondamentalement effondrée du peuple, car il a ramené les scènes de files d’attente «d’essence» et a empêché la livraison de carburant en plus de l’essence, des médicaments et du lait, suite à ces décisions.

Le résultat de ce qui a été mentionné est que le processus de réforme et de rétablissement de la confiance internationale et la question de la détérioration de la lire par rapport au dollar nécessitent des efforts et des décisions sérieux de la part des autorités exécutives et législatives, car les circulaires émises par la Banque centrale sont censées être temporaires, mais elles sont prolongées en l’absence de toute décision de réforme sérieuse pour limiter l’inévitable explosion sociale à venir.

    la source :
  • Sawt Beirut International