SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 7 February 2023, Tuesday |

Si le gouvernement de Mikati est formé, il sera écrasé par les roues des camions citernes iraniens

Les résultats des visites du Premier ministre désigné Najib Mikati au Palais présidentiel de Baabda sont devenus semblables aux publicités qui diffusent « Loto » « Si ce n’est pas le lundi ce sera le jeudi », mais ils diffèrent au niveau des tours de tombola, car le réseau des noms et des ministères ne correspondra pas entre le président Michel Aoun et le président désigné, qui pensait que son entrée dans le paradis du Club des Présidents de gouvernements aura cette fois-ci une saveur salvatrice et qu’il fera des miracles, selon une source qui suit le mouvement de Mikati et ses déclarations, surtout celles qui ont précédé sa visite d’aujourd’hui, quand il a dit que le pourcentage de formation du gouvernement est plus grand que le pourcentage de la récusation….Mais rien ne le prouve. Quant aux délais, « il n’y a pas de date précise et la période n’est pas ouverte », ces expressions sont comme un puzzle qui attend d’être décodé.

Aujourd’hui, le président Mikati a ajouté à sa déclaration après sa rencontre avec le président Michel Aoun qu’il n’a pas abordé le dossier du programme gouvernemental, qu’il a affirmé avoir à l’ « esprit », comme si les ministères d’État dont la réalité est pleine de dossiers de corruption pouvaient être assimilés par les esprits, selon la même source qui ajoute : En supposant qu’il ait de la chance et qu’il formera le gouvernement, il ne serait pas en mesure de s’occuper de ce gouvernement, parce que la tutelle serait entre les mains de l’axe de l’opposition, et c’était évident à travers les derniers mots de Sayyed Hassan Nasrallah, qui a confirmé qu’il ferait venir de l’essence d’Iran, et la phrase qu’il a utilisée coupe les doutes quand il a dit, « Je vous assure que nous allons certainement faire venir de l’essence et du diesel d’Iran, » et « les bateaux sont pleins et attendent que quelqu’un les achète. »

Sur la base de ces mots, la source se demande comment le Président désigné traitera la promesse de Nasrallah s’il parvient à passer l’étape de la désignation et à gagner la confiance, sachant que traiter avec l’Iran et la Syrie, qui sont sous le coup de sanctions américaines et de la loi « César », est interdit. Comment pourra-t-il susciter la confiance de la communauté internationale et être en mesure de publier des noms qui ne portent pas un caractère partisan, et bien sûr cette question est presque impossible.

Quant au pétrole promis d’Iran, tout le monde sait que les pétroliers iraniens, dont Al-Katirji est chargé d’opérer les passages vers le port de Banias et de Lattaquié, passent sous le couvert de l’obscurité, jusqu’à ce qu’ils soient stabilisés au large des deux ports mentionnés, qui sont souvent soumis à des détonations, le plus récent d’entre eux est le navire « Hikma » appartenant à l’Iran et enregistré au Liban, battant pavillon panaméen,

Quant à la terre, et si les ports syriens parviennent à vider le carburant, comment passeront les réservoirs des carburants, d’autant qu’ils traverseront des zones qui ne sont pas de l’environnement du « Hezbollah » ? Cela constituera un obstacle majeur qui pourra conduire à des blocages et à d’autres problèmes inimaginables, et c’est la première question de tutelle à laquelle sera confronté le président désigné. Il faut ajouter qu’après le massacre d’Al-Tlel, il a été demandé à Mikati de démissionner avant que de mauvaises choses se produisent.