SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 25 September 2022, Sunday |

Sources diplomatiques à SBI: Les négociations sur le nucléaire se refléteront positivement sur le dossier de démarcation

Ces derniers jours, une atmosphère négative a prévalu quant au sort des négociations sur la démarcation de la frontière entre le Liban et Israël. Cette atmosphère indiquait même qu’il y avait des contre-préparatifs de la part du Hezbollah et d’Israël pour entrer en guerre au cas où les négociations échoueraient et que le médiateur américain Amos Hochstein échouerait dans sa mission.

Cette atmosphère a prévalu, en conjonction avec l’exclusion de la facilitation de l’Iran en soutien à la Russie, qui sont considérés comme faisant partie d’une alliance contre l’Occident, c’est-à-dire l’alliance américano-européenne pour la démarcation, selon des sources diplomatiques à SBI, parce que l’Iran ne facilitera pas l’accès de l’Occident au gaz israélien du champ Karish, après avoir imposé un blocus économique à la Russie qui a prolongé la suspension de l’importation de gaz en provenance de celui-ci, de sorte que l’Occident a voulu compenser cela en l’important d’Israël.

Il convient de noter que la Russie a jusqu’à présent été en mesure de surmonter les sanctions qui lui ont été imposées au niveau international. Il a également été capable de résister et n’a pas été affecté économiquement ou socialement et continue de frapper l’Ukraine pour atteindre ses objectifs. Le gaz est l’arme de la Russie dans sa guerre avec l’Occident, acceptera-t-elle et l’Iran que la solution occidentale au problème de l’approvisionnement en gaz ne soit pas entravée d’une part ? L’Iran utilisera-t-il le dossier de démarcation dans ses négociations nucléaires avec les États-Unis, qui déploient des efforts acharnés pour mettre fin au dossier en septembre avant les élections de mi-mandat au Congrès et avant les élections israéliennes qui se tiendront début novembre ?

Face à ces questions, des sources diplomatiques, citant des rapports récents, disent à Sawt Beirut International que l’atmosphère négative est inexacte et que la reprise des négociations indirectes américano-iraniennes sur l’accord nucléaire se reflète positivement sur le dossier de la démarcation et non l’inverse, et qu’il y a une atmosphère internationale pressant vers la fin de la démarcation, en plus d’une atmosphère libanaise régionale et locale, qui va dans le même sens.
Le rapprochement régional est également un indicateur positif que les conditions du calme sont en place, et que bien que le Hezbollah ait des préparatifs de guerre, ce n’est pas une mince affaire, et il en compte mille pour cela parce qu’il est pleinement conscient de la puissance d’Israël et des conditions libanaises qui ne manquent pas du tout de guerre.

Bien que le Liban n’ait reçu aucune information sur la visite de Hochstein, cela ne signifie pas qu’il y a une pierre d’achoppement, mais plutôt qu’il attend le médiateur américain à tout moment, et attend la réponse israélienne à sa position afin de s’appuyer dessus. Les sources confirment que les entreprises américaines sont très intéressées par le dossier de démarcation de la frontière afin qu’elles puissent investir dans l’exploration et l’extraction dans les eaux libanaises.

Des sources présidentielles libanaises ont déclaré à Sawt Beirut International que la visite de Hochstein à Beyrouth peut être attendue à la fin de sa visite en Israël, au sujet de laquelle le Liban n’a rien rapporté.
Des sources diplomatiques indiquent qu’Amos n’a pas coupé ses contacts avec les Israéliens pendant la période de la guerre israélienne contre Gaza.
Il dit également que la colonisation dans le dossier de démarcation affecte non seulement ses frontières, mais aussi l’existence de garanties opposées de la part d’Israël et du Hezbollah que la situation ne glissera pas vers une détérioration grave et sécuritaire, et que la colonie affectera principalement l’équation de l’exploration et de l’extraction de Cana et karish simultanément, et affectera l’exploration et l’extraction simultanément d’autres champs libanais et israéliens. Selon les sources, la France et les pays arabes pivots sont entrés dans la ligne de négociation sur la démarcation et pas seulement les pays concernés et les parties et ceux qui les soutiennent.

    la source :
  • Sawt Beirut International