SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 7 February 2023, Tuesday |

Téhéran entre dans le tribunal du droit présidentiel et le Hezbollah vers plus d’obstruction

Avec le dossier présidentiel qui patauge intérieurement et extérieurement, il est devenu un lourd matériel d’attraction que l’Iran balance pour régler ses comptes avec l’Amérique, et seul le Liban, qui souffre sous le poids des crises, en fait les frais.

Des sources bien informées indiquent au site « Sawt Beirut International » que l’Iran, par l’intermédiaire de son guide suprême Ali Khamenei, est entré dans l’arène présidentielle lors du dernier discours du chef, dans lequel il a estimé que le Liban fait partie des pays qui constituent une profondeur stratégique pour l’Iran, et cela est dû à la présence du Hezbollah, la branche armée de Téhéran au Liban.

Selon les sources, les propos de Khamenei ont été accueillis avec le soutien du chef du régime syrien, Bachar al-Assad, qui a annoncé son plein soutien à son allié au Liban, le Hezbollah de l’intérieur libanais.

Des sources bien informées soulignent que l’Iran et son axe ordonneront plus d’obstruction et ne publieront pas le dossier présidentiel après avoir estimé qu’il y avait une initiative franco-saoudienne avec un feu vert américain vers le Liban pour retirer le dossier présidentiel du goulot de la bouteille, alors l’Iran sentait qu’il perdrait un journal important, alors les déclarations de Khamenei sont venues donner le feu vert au Hezbollah d’être strict sur l’élection présidentielle.

Et les sources confirment que les propos de Khamenei sont venus comme une étape de salut pour le Hezbollah, qui patauge dans l’axe du 8 mars avec ses alliés, notamment le chef du Courant patriotique libre, le représentant Gebran Bassil, qui ne fait pas preuve de souplesse envers le chef du le Marada Tabar, Suleiman Franjieh.

Les sources considèrent que nous sommes entrés dans une phase très dangereuse, car l’élection présidentielle est allée vers l’internationalisation, la mise en conserve et l’échange de positions entre Washington et l’Iran, et cela ne sert pas le Liban et son peuple.

    la source :
  • Sawt Beirut International