SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 5 December 2022, Monday |

Tout indique que les routes menant aux élections ont été complètement bloquées

A quelques heures de l’achèvement de la scène des nominations pour les élections législatives prévues le 15 mai prochain à minuit, les machines électorales se préparent à fonctionner avec tout leur potentiel et toute leur force, et elles travaillent malgré les personnes qui veulent, en public et en secret, de reporter ce droit.

Et à l’heure où partis politiques, courants et candidats indépendants s’affairent à compléter la carte des alliances.

Ce qui frappe ces dernières heures, ce sont les campagnes politiques sectaires dépourvues de programmes clairs et sérieux, mais qui visent avant tout à resserrer les nerfs populaires, à travers de vagues promesses d’améliorer leur réalité de vie, sociale et politique dans des circonstances difficiles.

Une source politique suivant le processus électoral assure à « Sawt Beirut International » que toutes les indications indiquent qu’il n’y a plus aucun moyen de reporter ce droit, bien qu’il y ait eu une intention sérieuse du système politique de pousser à ce report.

Elle n’a pas laissé d’argument et de justification, sauf qu’elle les a recherchés pour porter atteinte à ce droit sans en porter directement la responsabilité devant l’opinion publique locale et internationale.

La source indique que les intentions ont été exposées et qu’elle n’a plus été en mesure de chercher des excuses pour le report, considérant qu’il existe un groupe bien connu qui a tout fait en son pouvoir pour prolonger le Parlement actuel afin de continuer à monopoliser le bénéficiaire l’autorité sous tous ses aspects, sachant qu’il n’y a aucune justification constitutionnelle ou légale à l’ajournement.

La source souligne que jusqu’à ses dernières tentatives pour annoncer que la situation financière ne permettait pas la tenue des élections, celles-ci ont échoué après qu’il eut été confirmé que les fonds nécessaires au processus électoral avaient été décaissés et qu’elle avait soulevé la question de « Megacenter » était clair malgré sa certitude qu’il était impossible de l’adopter lors de ces élections en raison du manque de préparations nécessaires il y a des années.

Les sources font un clin d’œil au « Mouvement patriotique libre » en particulier, dont toutes les données indiquent qu’il perdra un bon nombre de ses sièges au Parlement, et cette question est devenue claire à travers le discours haut plafond de son chef, le député Gebran Bassil, dernier Dimanche, quand il a ouvert les dossiers du passé.

Se montrant en dehors de ce système qui a amené le Liban et son peuple dans la situation sociale désastreuse où ils sont arrivés, et comme le Courant Orange, il est certain qu’il y a d’autres partis et courants qui perdront un certain nombre de leurs membres dans faveur de nouveaux visages indépendants.

Les sources affirment que, jusqu’à présent, tous les faits indiquent que toutes les routes menant à la perturbation des élections ont été complètement bloquées face à la majorité du système politique qui cherche à le faire.

L’affaire est désormais entre les mains des électeurs, qui doivent voter massivement pour produire une nouvelle classe politique qui émule leurs aspirations et leurs espoirs.

D’autant plus que le peuple libanais, sans exception, souffre énormément des circonstances difficiles auxquelles il est arrivé en raison des intérêts personnels et de la politique de favoritisme.

En fin de compte, chaque citoyen a le droit de voter et il n’est pas permis de faiblir dans l’accomplissement de son devoir national: soit son choix est juste pour le changement souhaité et met le pays sur la voie de l’ascension, de la réforme et de la prospérité, soit pour maintenir la réalité actuelle et continuer à avancer vers un nouvel effondrement et un déclin vers l’inconnu.