SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 6 October 2022, Thursday |

Un accord américano-français pour que le Liban ne chute pas complètement

Il y a une satisfaction générale franco-américaine avec le retour du Conseil des ministres à la réunion après une interruption de trois mois . Des sources diplomatiques françaises ont déclaré à « Sawt Beirut International » que ce retour est un premier pas positif, alors que la prochaine étape attendue est que le gouvernement soit efficace et capable de travailler, et que Paris et Washington veulent voir l’approbation des réformes requises qui ouvriraient la voie à un accord avec le Fonds monétaire international. Ils veulent également l’approbation du budget de l’État pour l’année en cours 2022. Par conséquent, les deux capitales attendent du Liban qu’il fasse preuve de rapidité, car le temps presse pour tout le monde, et la situation économique va de mal au pire, et le sauvetage réel doit commencer et ne pas perdre plus de temps et plus d’opportunités.

Les sources ont confirmé qu’il existe une entente américano-française sur le fait que le Liban ne chutera pas complètement et qu’il doit être soutenu afin d’éviter d’en arriver là, bien que sa situation économique et politique ne soit pas facile, d’où l’accent mis sur le soutien du gouvernement par les parties américaine et française en raison de l’absence d’alternative. Ils sont prêts à la soutenir davantage dans l’espoir qu’elle sera capable d’ajuster la situation à un niveau acceptable. Ils comprennent qu’une partie sur le terrain, à savoir le « Hezbollah », est aux commandes, et qu’ils sont en conflit avec elle. L’administration actuelle traite de manière réaliste la situation libanaise en coopération avec les Français.

Aussi, les sources affirment que la France attend du gouvernement qu’il joue un rôle important pour sortir le pays du fond des crises, à la veille de l’arrivée de la délégation du FMI à Beyrouth le 21 de ce mois, afin d’assurer la continuité et la productivité du processus de négociation et son achèvement, car ce processus a atteint une étape importante et charnière qui ne doit pas être négligée, ce qui a entraîné la démarche française visant à revenir aux sessions du Conseil des Ministres. Par conséquent, la France considère qu’elle a réussi à obtenir un feu vert politique de la part des parties qui, selon la France et les États-Unis, sont celles qui font de l’obstruction.

Donc, la France a évité que le Liban se retrouve dans une impasse majeure si le travail du gouvernement était entravé et que sa coopération avec le Fonds soit bloquée. Ce dernier traite la crise libanaise avec beaucoup de souplesse, contrairement à ce qu’il fait pour d’autres questions dans des pays du monde semblables à la situation libanaise.

Washington n’est pas loin de la récente démarche française d’arranger la question de la réactivation du gouvernement, non pas parce que le gouvernement est idéal, mais la situation est maintenant dans un état d’attente des négociations de Vienne, pour assurer la stabilité au Liban dans des limites acceptables, jusqu’à ce que le cours des choses dans la région devienne clair.