SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 3 December 2022, Saturday |

Un conflit syro-iranien sur le territoire libanais…

Un conflit majeur se déroule entre le régime syrien et l’Iran, sur fond de guerre syrienne, alors que Bachar al-Assad, sous les ordres russes et directement de Vladimir Poutine, a demandé le repositionnement des milices iraniennes en Syrie en vue de la l’évacuation de certaines grandes villes, rejetée par l’Iran et le Hezbollah.

Dans ce contexte, des sources diplomatiques ont confirmé que les milices iraniennes en Syrie ont refusé de repositionner l’armée dans un message direct au régime syrien indiquant qu’il ne serait pas de connivence avec la Russie, qui a libéré la Syrie et ne devrait pas être traitée de cette manière.

Ce conflit, selon des sources diplomatiques, qui l’ont indiqué via le site Internet « Sawt Beirut International », s’est reflété dans les relations du Hezbollah avec les alliés de Bachar al-Assad au Liban lors des récentes élections législatives.

Les sources indiquent qu’une réunion approfondie s’est tenue au niveau des dirigeants du parti social nationaliste syrien et du parti arabe socialiste baath au Liban afin d’évaluer la situation, car les dirigeants ont convenu que le Hezbollah préférait l’Iran à Bachar al-Assad, et il y a une agitation et une grande agacement quant à la façon dont Bukha a géré la guerre avec eux. Certains ont trahi le Hezbollah et nié le soutien des dirigeants syriens au Hezbollah au cours des dernières années. Les dirigeants ont décrit le comportement et la soumission du Hezbollah aux ordres de Téhéran comme une haute trahison.

Des sources diplomatiques craignent que le conflit entre Bachar al-Assad et l’Iran ne débouche sur la scène intérieure au Liban, d’autant plus que des informations indiquent que la Russie a donné le feu vert à Israël pour frapper les milices iraniennes en Syrie et leur porter un coup douloureux.

Les sources demandent, en cas de frappe, le Hezbollah répondra-t-il en déplaçant le front sud pour confirmer que les ordres viennent de Téhéran, pas de Damas, et que l’ordre est pour Khamenei et non pour Bachar.

    la source :
  • Sawt Beirut International