SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 21 October 2021, Thursday |

Un consensus arabe sur le Yémen … Quand aura lieu ce consensus sur le Liban ?

La victoire historique du Royaume d’Arabie Saoudite et des EAU au Yémen, représentée au cours des dernières heures par la chute du projet européen sur ce pays au Conseil des droits de l’homme des Nations Unies à Genève, comme le Conseil a voté par une majorité de ses membres en faveur du rejet du renouvellement du mandat du Groupe d’experts éminents au Yémen, et il a renouvelé son soutien au mandat du Comité national pour enquêter sur toutes les parties.

Le résultat, qui a déçu les espoirs du groupe terroriste des Houthis de Sanaa, est le fruit d’un effort diplomatique conjoint entre Riyad et Abu Dhabi, dans les couloirs de ce forum mondial des droits de l’homme, et en conséquence, les rapports abusifs et politisés ont pris la suite, et le travail non professionnel réalisé par ce comité est tombé dans l’oubli, car il a porté atteinte aux intérêts du Yémen et de ses citoyens, assimilé à la fois le bourreau et la victime, et approuvé les crimes d’une bande armée qui a pris le Yémen et son peuple en otage d’un agenda étranger et obscurantiste au cours des dernières années.

La ferme conviction des pays qui ont voté pour la décision de rejet soulève le soutien total aux efforts de la coalition arabe pour restaurer la légitimité au Yémen dirigée par l’Arabie saoudite, et la capacité des EAU à traduire les positions internationales pour apporter la paix à ce pays arabe affligé, et les pays du Conseil des droits de l’homme ont accepté de mettre fin au mandat de ses enquêteurs, qui ont constaté que la milice a commis des actes pouvant s’apparenter à des crimes de guerre, mais n’y ont prêté aucune attention, et un important rapport publié par le Comité national chargé d’enquêter sur les allégations de violations des droits de l’homme a révélé que les Houthis étaient en tête de la liste des violations au Yémen avec une moyenne de 3 000 violations documentées et connues.

En effet, le succès tangible de la diplomatie arabe était évident dans la décision de ne pas prolonger le groupe d’experts, et il est connu de l’observateur et du suiveur du travail de ce comité que les rapports de l’équipe étaient complètement biaisés en faveur de la milice terroriste Houthi, et ce qui s’est passé était un début prometteur pour changer le cours de la situation politique et humanitaire au Yémen.

En outre, cette décision sans précédent ouvre la porte au nouvel envoyé des Nations Unies au Yémen, pour qu’il puisse exercer activement son travail, conformément à la proposition d’un plan de paix global, qui comprend la mise en œuvre des résolutions internationales, et faire face à l’intransigeance des Houthis et de ceux qui les soutiennent, car ils rejettent le cessez-le-feu au Yémen, et refusent même de recevoir le même envoyé dans Sanaa occupée.

Et l’ampleur de la colère des Houthis face à l’arrêt des travaux du groupe d’experts révèle la fausseté des rapports de cette équipe, et son approche erronée, qui a satisfait les Houthis, et l’a mis à l’abri des sanctions internationales et de l’ONU, sous le prétexte de l’expression « parties en conflit » qui a été utilisée à plusieurs reprises, et le projet des Houthis a servi à augmenter le rythme des attaques non provoquées contre les civils yéménites et les pays voisins.

Les défis économiques et humanitaires, et le rôle qui dépend des Nations Unies pour contribuer efficacement à soutenir les efforts du gouvernement légitime yéménite, est considéré comme l’entrée pour traiter la grave crise humanitaire au Yémen, et en abordant la situation économique, et ce que cela exige de mobiliser le soutien régional et international, et l’importance de renforcer les institutions de l’État yéménite, et de soutenir le processus de développement dans tous les gouvernorats. La décision agréable vient de Genève, comme une véritable solidarité arabe, signé par les EAU et l’Arabie saoudite, afin que le Yémen peut restaurer sa santé, et ses citoyens jouissent d’une vie décente, loin de l’idéologie extrémiste représentée par Abdul-Malik Al-Houthi et ceux avec lui.