SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 28 January 2023, Saturday |

Un désaccord au sein du bloc de Bassil… une « grande malédiction » sur le Hezbollah

La réunion du récent bloc fort du Liban a été tumultueuse, car certaines voix se sont élevées au sein du bloc, s’interrogeant sur la faisabilité d’une alliance avec le Hezbollah et les tunnels Mar Mikhael restants.Le chef du mouvement, le représentant Gebran Bassil, a tranché la question, disant : « On ne peut pas s’en sortir, tout le monde est contre nous, où irons-nous ? ».

D’après ce qu’ont rapporté les proches de cette rencontre, Bassil a estimé qu’il avait fait le nécessaire et son ton était haut perché envers le Hezbollah, ce qui était suffisant pour faire passer le message.

Ici, selon les sources, l’un des représentants est intervenu en disant: « Mais l’histoire est allée trop loin, et nous sommes apparus dans une position de faiblesse, et notre force a été brisée. »

Les initiés ont indiqué, par le biais de « Sawt Beirut International », que Bassil a étudié le calcul du rendement et a examiné les questions du point de vue de la présidence de la république, et de ce point de vue, il ne peut pas se séparer du Hezbollah, car il se rend compte que tout pas incomplet vers le Hezbollah coûtera très cher, et son prix est inconnu, moins que l’évaporation des rêves présidentiels de Basile.

Les initiés disent: «Certains députés ont suscité un vif ressentiment et se sont opposés à Basile avec les récentes décisions qu’il a prises, et ils ont préféré abandonner l’idée de le nommer à la présidence de la république et nommer quelqu’un d’autre du bloc, ou d’accord sur un candidat extérieur au bloc, mais Basile s’y est fermement opposé et a même refusé de chercher au nom d’autre ».

Et il a dit : « Si le bloc veut nommer ses membres, je le serai, car personne n’a l’opportunité pour le Hezbollah de le soutenir sauf moi.  »

Selon les initiés, certains députés ont reproché à Bassil d’avoir déclaré que la décision de boycotter la dernière session du gouvernement était une erreur, car la situation du pays ne pouvait pas se permettre de reporter certaines questions de la vie, et nous avons évité le coup de couteau du Hezbollah.

    la source :
  • Sawt Beirut International