SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 27 January 2023, Friday |

Un désaccord existe-t-il entre Bassil et Kanaan ?

Le chef du Courant patriotique libre, le député Gebran Bassil, n’osera pas désigner une troisième personne pour la présidence de la république. Par cette phrase, des sources au sein du duo chiite confirment à Sawt Beirut International que le Courant patriotique libre (CPL) est en difficulté dans son propre camp, et l’état de perte que Bassil a atteint lui a fait penser que le sort de la présidence est lié à lui directement.

Des sources indiquent que Bassil a entendu des mots durs de la part du Hezbollah, comme le Secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah, a été clair dans ses derniers mots et n’a adhéré à aucun allié si cet allié voulait rompre l’alliance avec le Hezbollah.

De plus, des sources privées révèlent à SBI que Bassil souffre d’un problème fondamental, qui est l’idée de nommer un membre du bloc du Liban fort pour la présidence, car tous ceux qui sont autorisés au poste de la présidence de la république ne tournent pas dans l’orbite de Bassil, étant donné que le député Ibrahim Kanaan ne jouit pas d’une bonne relation avec Bassil, et qu’il a mis une distance entre lui et le président du CPL depuis les dernières élections parlementaires. Quant au Représentant Alain Aoun, il n’est pas proche de Bassil, et plusieurs divergences sont apparues entre lui et Bassil sur les antécédents de la direction du CPL.

Les sources ont déclaré : « Bassil ne peut pas nommer quelqu’un de l’intérieur du CPL, parce qu’il sera plus tard confronté à de nombreux problèmes liés aux élections internes, et il sera confronté à un problème qui pourrait limiter son influence au sein du CPL, au sein duquel les problèmes ont commencé en raison des décisions unilatérales de Bassil et de la mise à l’écart de certains dirigeants. »

Enfin, les sources ont ajouté : « Quant à l’idée de recourir à une personnalité proche ou extérieure au CPL mais ayant une bonne relation avec Bassil, elle s’est heurtée à une grande et féroce opposition au sein du mouvement, car la plupart des membres du bloc du Liban fort préfèrent l’un des membres du bloc, ce qui est rejeté par Bassil. Par conséquent, le fait que Bassil ait eu recours à la nomination d’une troisième personnalité est loin de la réalité et ne sert qu’à des fins d’intimidation pour améliorer sa situation désastreuse. De plus, les comptes de Bassil ne correspondaient pas aux comptes du Hezbollah, ce dont Bassil est conscient et qui entraînera de grandes pertes politiques pour Bassil et pour le CPL. »

    la source :
  • Sawt Beirut International