SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 26 November 2022, Saturday |

Une guerre entre Bassil et Berri pour les ministères des finances et de l’énergie

Mardi prochain ne sera pas un jour charnière dans la mémoire des murs de la salle du parlement, car celui qui montera sur le podium et ouvrira la séance est le président Nabih Berri, et il ne perdra pas le siège présidentiel qu’il occupait depuis 1992 jusqu’à ce jour. En attendant le jour de l’élection, les machines continuent à travailler sur les pourcentages qu’Abou Moustafa obtiendra car ils lui posent un défi après qu’il ait pu pendant longtemps, avec son marteau, mettre fin aux discussions, lever les sessions, et couper certains dossiers, selon une source spéciale de « Sawt Beirut International ».

La source a ajouté que bien que le président Berri prenne la présidence du parlement, la véritable bataille qu’il mènera s’ouvrira largement avec le début des consultations parlementaires pour former le gouvernement, car le principal problème réside dans la personnalité sunnite qui entreprendra cette tâche après que les élections parlementaires n’aient pas réussi à produire la référence sunnite la plus puissante, et cette question réduira la marge d’action du président désigné.

Quant au grand dilemme en termes de répartition des ministères, qui étaient la chasse gardée du « Mouvement Amal » et du « Courant patriotique libre », plus particulièrement le ministère des Finances et le ministère de l’Énergie, et ces deux ministères vont être une guerre pour les deux hommes qui sont sortis d’une bataille électorale dans laquelle leur force a été réduite en raison des pertes qu’ils ont subies.

Aoun et le CPL dirigé par Bassil ne peuvent plus avoir la capacité de conserver ces ministères après le changement de la carte des forces à la Chambre des représentants, qui ne permettra pas aux deux partis d’imposer leurs conditions comme dans le passé, après que le « CPL » ait perdu aux élections et que son influence ait reculé après avoir perdu les éléments de la jeunesse par des défaites aux élections des syndicats d’étudiants et des professions indépendantes. La victoire obtenue par le CPL dans une partie de la circonscription est due au soutien du duo « Hezbollah » et « Mouvement Amal ». La plupart de ceux qui ont remporté les élections parlementaires du CPL n’ont pas dépassé 3000 voix préférentielles au moment où leurs collègues des autres listes ont dépassé (3 fois) le pourcentage de voix obtenues par les députés du CPL, mais ils n’ont pas pu atteindre le parlement, ce qui rend le bloc actuel similaire à celui dirigé par l’ancien député Talal Arslan.

Ainsi, selon la source, la bataille pour la formation du gouvernement sera la plus difficile pour l’axe de l’opposition en termes de répartition des ministères avant d’entrer dans la bataille avec l’équipe souveraine, y compris les représentants indépendants et ceux qui soulèvent le slogan du changement. Aoun et son équipe vont-ils épuiser le reste de leur mandat dans une lutte pour les ministères…La réponse sera apportée mardi, en fonction si le « CPL » votera pour le président Berri ou s’abstiendra.

    la source :
  • Sawt Beirut International