SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 29 September 2022, Thursday |

Une opportunité prometteuse émerge pour les pays arabes si Washington renonce à l’énergie russe

La guerre en cours entre la Russie et l’Ukraine, qui a été suivie d’un ensemble de sanctions sévères par les États-Unis et l’Union européenne pour déstabiliser l’économie russe et son système financier, et inciter le président Vladimir Poutine à reconsidérer la guerre de son pays contre l’Ukraine, n’a pas affecté les secteurs pétrolier et gazier en Russie jusqu’à présent, malgré leur grande importance pour le budget de Moscou.

Dans ce contexte, des sources proches de l’administration américaine ont indiqué que l’imposition de sanctions au secteur énergétique russe était en cours de discussion. Tout embargo occidental et américain sur le secteur énergétique russe sera en effet douloureux pour Poutine, mais il en ressentira tous les effets après des années.

Les sources ont souligné à Sawt Beirut International (SBI), que Washington considère que toute sanction sur le secteur énergétique russe entraînera une hausse des prix mondiaux du pétrole. Par conséquent, il étudie la question sérieusement et méticuleusement afin d’éviter ses dures répercussions sur les marchés mondiaux.

Les sources ont souligné que la guerre russo-ukrainienne conduira inévitablement à une stratégie visant à réduire la dépendance à l’énergie russe dès que possible, y compris l’objectif de réduire l’utilisation de combustibles fossiles de 40%.

Les sources ont estimé que les pays européens reconsidéraient leur politique de dépendance principale sur les sources d’énergie russes. De ce point de vue, les pays européens cherchent actuellement à travailler ensemble dans le cadre de l’institution de l’Union européenne pour adopter une politique commune visant à diversifier les sources de gaz et à étendre ses lignes d’approvisionnement à partir d’autres régions telles que l’Asie centrale et le Moyen-Orient.

Les sources ont souligné que la tendance est à une politique de diversification des sources d’énergie. Ce serait dans l’intérêt des pays arabes producteurs d’énergie, qui doivent être conscients des nouveaux changements sur le marché mondial, et donc bénéficier des nouvelles tendances des pays consommateurs. Les pays arabes producteurs d’énergie devraient tirer parti des pays de l’Union européenne, qui sont géographiquement proches de la région, en tant que nouveau marché prometteur pour leurs produits et donc en tant que partenaire économique, ce qui offrirait davantage d’opportunités d’échange au profit des deux parties.

    la source :
  • Sawt Beirut International