SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 2 July 2022, Saturday |

Une organisation terroriste altère du sort d’un pays

Une milice avec tous ses dirigeants, factions et organisations qui lui sont affiliés et qui en émanent est une organisation terroriste qui altère et se retire avec le sort d’un pays et de ses serviteurs, une honte que le peuple libanais prie chaque jour pour sa « mort », et inévitablement une maladie maligne et non désirée dans le corps libanais, à quand le salut ?

A l’heure où les initiatives et l’aide arabes restent une feuille de route pour réformer la situation au Liban, la milice du Hezbollah n’hésite pas à bloquer les portes du salut, même si l’on n’oublie pas que cette milice a été et après cela le fléau du Liban et la cause de sa première destruction.

Le Conseil de Coopération du Golfe a refusé même de restreindre la dernière aide au Liban sous l’ombre de cette hégémonie et la vérité est dite, « Le droit de leur groupe est celui qui est tenté et tenté, parce que son esprit est ruiné ».

L’écrivain politique et journaliste, Asaad Bishara, a confirmé, via Sawt Beirut International, que « la meilleure personne qui a exprimé la feuille de route pour réformer cette situation et l’ensemble des relations libano-arabes est le journal d’initiative koweïtien, dans le but de rétablir la confiance entre Le Liban et le monde arabe ».

Bishara a déclaré qu’il ne fait aucun doute que cette initiative a été élaborée sur la base d’une large compréhension arabe, ainsi que pour qu’elle soit une feuille de route pour la « mise en œuvre » avec le Liban Et s’il ne semblait pas en surface que c’est une relation explosive.

Bishara a précisé : « La feuille de route arabe représentée par l’initiative koweïtienne de mener des réformes globales, en particulier l’adhésion à l’Accord de Taëf, le respect de la souveraineté des pays arabes et du Golfe, en plus de respecter les décisions de la Ligue des États arabes et l’engagement à la légitimité arabe, en prenant des mesures sérieuses et fiables pour contrôler les passages frontaliers libanais, en maintenant la stabilité du Liban et en respectant sa souveraineté.

Son unité est conforme aux résolutions internationales 1559, 1701 et 1680, avec ce que cela signifie de la nécessité de confiner les armes au Liban Etat libanais, donc, quiconque pense contourner cette initiative ou la vider de tout sens ou rétablir des relations normales avec le Liban se trompe, sauf dans l’application de ces décisions, qui sont majoritairement en faveur du Liban.

Bishara a poursuivi : « Les Arabes, représentés par le Conseil de coopération du Golfe, n’ont pas demandé au Liban de mettre en œuvre ce qui est contre son intérêt. Au contraire, ce qui est requis selon la décision de cette initiative est dans l’intérêt national suprême, et parce que le l’autorité est détournée par la milice du Hezbollah car les décisions ont été volées avec préméditation, la relation perdurera ».

En ce qui concerne l’appel du Premier ministre Najib Mikati aux frères arabes du Liban, Bishara s’est dit sceptique quant au fait que les douces paroles n’apaiseront pas l’aliénation des relations libano-arabes

Il a estimé que les Arabes regardent inévitablement le dossier libanais d’une manière différente, et qu’ils n’acceptent plus les mots issus d’un vœu pieux ou des gros titres qui ne se traduisent pas dans la réalité, et que le système au pouvoir se renouvelle malgré le résultat du processus électoral à travers le contrôle du trio – Hezbollah, Amal et le Mouvement national Al-Hur.

Le parlement, c’est-à-dire l’autorité législative d’une manière ou d’une autre, ce qui signifie la possibilité d’assigner Al-Miqati pour former un gouvernement à l’ancienne à partir de tous les piliers du système sous les auspices du Hezbollah, voire de maintenir le gouvernement intérimaire subordonné à ce dernier, ce qui conduira à une aggravation des relations libano-arabes et directement dans la région du Golfe, et ne sera jamais un catalyseur dans montrer aux Arabes que quelque chose a changé au Liban.

Et il a conclu: « Soit ils lèvent la main de la formation du gouvernement, et apportent une personnalité indépendante capable de constituer des équipes de travail libérées de toute pression politique, de négocier avec le Fonds monétaire international, de mettre en place des programmes de réformes et des plans de sauvetage, ainsi que d’amorcer la relance économique et un processus de secours, stoppant le gaspillage et les quotas sectaires.

    la source :
  • Sawt Beirut International