SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 26 November 2022, Saturday |

Une tendance libanaise à accepter la ligne 23 pour délimiter la frontière maritime avec Israël

Des informations diplomatiques ont révélé à « Sawt Beirut International », qu’il existe une tendance libanaise à accepter la ligne 23 comme ligne pour la délimitation des frontières maritimes libano-israéliennes, et que cette tendance a été focalisée par le médiateur américain Amos Hochstein, qui s’est rendu au Liban hier, mercredi, et s’en est déplacé en Israël pour l’informer de ce que Dar lors de sa visite à Beyrouth.

Les informations indiquent que le Liban est actuellement en train de régler deux problèmes:

La première : établir des contacts politiques entre les piliers du gouvernement pour se concerter sur ce sujet, explorer la prochaine étape et prendre la position finale.

Et la seconde : le Liban attend ce que Hochstein apportera d’Israël, sur la base de la réponse libanaise, qui sera communiquée au médiateur américain par la voie diplomatique ou par une visite à Beyrouth.

En conséquence, selon les informations, il est devenu clair que la 23e ligne est essentielle et qu’il existe une renonciation libanaise à ce qui a été dit précédemment à propos de la 29e ligne, qui fait l’objet du décret 6433, qui n’a pas été signé par le président de la République.

Par conséquent, la médiation s’est concentrée sur la ligne 23, où la ligne Hove a échoué, en plus de la chute, selon des sources diplomatiques, de la ligne israélienne n ° 1, et la médiation a atteint la ligne 23.

Et maintenant il reste à chercher pratiquement sur la méthode de démarcation et ses détails, surtout que le champ de Qana a des interférences entre deux zones. Cela ne s’applique pas au terrain de Karish, qui se trouve à l’extérieur de la 23e ligne, mais plutôt à l’intérieur de la 29e ligne.

Ainsi, les contacts libanais internes entre les trois présidents discuteront de la formule possible et de ce que le Liban est censé accepter.

Alors que les informations ont révélé que le « Hezbollah » a informé les personnes concernées que ce qui le préoccupe dans la question de la démarcation des frontières, c’est que la normalisation avec l’ennemi israélien n’a pas lieu, et qu’il ne fera pas obstacle aux colonies qui seront conclues.

Et l’information a confirmé qu’il n’y a pas de différends libanais internes sur la position finale, et que Hochstein a dit aux responsables un message ferme que sa décision actuelle est la dernière chance pour le Liban.

Des sources diplomatiques s’attendaient à ce que, si les choses se déroulaient sans complications, le chemin de démarcation proprement dit soit mis sur les rails dès que possible.

Et que le mois de mars sera décisif à cet égard, et que le médiateur américain a mis l’accent dans sa présentation sur la nécessité pour les responsables libanais d’œuvrer pour que leur pays profite de la richesse pétrolière pour sortir ses enfants de la crise économique et de vie en qu’ils se noient.

    la source :
  • Sawt Beirut International