SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 6 February 2023, Monday |

« Une vieille vengeance » entre le CPL et Mikati

Une ancienne source gouvernementale commente, au début de son propos sur la polémique en cours, l’invitation du Premier ministre démissionnaire, Najib Mikati, à convoquer une séance du cabinet, dont l’ordre du jour comportait plus de 60 points, dont le plus important était lié aux frais d’hospitalisation, en disant: « Indépendamment du contenu des autres points, le « Mouvement patriotique libre » bombarde le front du président Mikati par la question de pouvoirs. »

Par son intermédiaire, l’ancien héritier du mandat, le ministre Gebran Bassil, lance des tirs hostiles à l’encontre de la deuxième présidence sous prétexte de l’affaiblissement des pouvoirs, après que ses précédentes tentatives de créer un gouvernement dans lequel il aurait le « doigt de l’obstruction » ont échoué.

La source poursuit que le processus de lancement d’accusations concernant la constitutionnalité de la session entre Mikati et les « Oranges » semble extérieurement être un questions de pouvoirs, mais à l’intérieur, c’est « une vieille vengeance » puisque le premier a été chargé de former le gouvernement. Et toutes les visites qu’il a faites au palais de Baabda, où il sortait content d » « annoncer que tout est bien » à une époque où les listes et les noms circulaient, la plupart ne pouvant s’asseoir à la table du gouvernement que s’ils étaient parmi le groupe des oranges et quant aux autres noms ils sont connus, notamment ceux qui appartiennent au « Hezbollah » et au « Mouvement Amal », car ils sont conservés, plutôt que parmi les constantes.

Au moment où le Liban et son peuple vivent dans un état d’effondrement économique et social, qui a commencé à s’aggraver avec les modifications qui ont affecté le dollar douanier et ses répercussions sur tous les secteurs et le pouvoir d’achat des citoyens, les bombardements se poursuivent entre le « mouvement » et Mikati à travers les élèves de la classe aouniste, par ordre d’opérations du chef de l’héritage aouniste, l’ancien ministre Gebran Bassil pour la défense des pouvoirs. Des pouvoirs, avec lesquels ils ont joué pendant les dix années où ils ont eu le pouvoir, qu’aucun parti chrétien n’a acquis depuis l’approbation du document de « Taëf » à ce jour, car le « courant » les distribue en cadeaux à ses alliés de l’opposition, pour obtenir l’accès en toute sécurité de Bassil à la première présidence. Alors qu’en est-il s’il remplit les conditions du secrétaire général du « Hezbollah », en termes de conditions qu’il a précisées, dont la première est « de ne pas défier la résistance? Cela n’embarrasse pas le chef du mouvement, qui a reçu un précieux cadeau de cet axe lors de sa visite dans la région de Ras Qusta, l’une des villes jubailiennes en 2019, portant le slogan « Un hommage d’appréciation et d’amour à Son Excellence le ministre résistant Gebran Bassil ».

A la fin de son discours, la source note: Bassil, qui se considère comme un représentant d’un important bloc chrétien, acceptera-t-il de passer l’examen du « Hezbollah » pour pouvoir passer au Palais de Baabda?!!!

    la source :
  • Sawt Beirut International