SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 25 September 2021, Saturday |

Vous assiégez votre peuple. Et vous parlez du siège !

Une nouvelle hérédite et un nouveau mensonge qu’ils essaient de transmettre au peuple:

« Siège »!

Qui assiège le Liban ?

Commençons par :

Quelqu’un a-t-il arrêté un navire à essence, diesel ou viol avant qu’il n’atteigne les côtes libanaises?

Quelqu’un a-t-il arrêté une cargaison de médicaments avant leur arrivée au Liban?

Il y a un blocus américain sur l’Iran, et parce que le Hezbollah veut lier le Liban à l’Iran, cela signifie pour lui que le Liban est assiégé, et il veut que les Libanais croient que l’interruption du carburant est causée par le blocus américain, c’est pourquoi il veut importer de l’essence d’Iran!

Quelle personne saine d’esprit croit-il?

Le blocus, s’il y en a, est le siège de la branche exécutive libanaise du peuple, est sa corruption, est son décaissement de son argent, est l’achat de carburant à son prix mondial et sa vente au prix subventionné, ce qui a causé de lourdes pertes qui ont conduit à la faillite du trésor public et au décaissement des fonds libanais: l’État a fait faillite et le peuple est en faillite. Ni l’État ne peut ouvrir des fonds pour l’achat ni le peuple n’a d’argent à acheter, alors où est le blocus des États pour un peuple en faillite et un État en faillite?

Ceux qui ont amené l’État et le peuple à cette situation ont causé les effets du blocus sans blocus. Incapable d’acheter des médicaments en raison de son incapacité à les payer, il est « assiégé par sa pauvreté », et l’incapacité de payer les frais de scolarité et d’université à ses enfants est assiégée en l’empêchant d’accéder à son argent détenu ou évaporé dans les banques, et l’incapacité d’effectuer une intervention chirurgicale est assiégée d’être incapable de payer pour la chirurgie. Qu’est-ce que l’Amérique et l’Occident ont à voir avec tous ces blocus ? De qui vous moquez-vous ? Le siège ultime est
« L’industrie locale » et ses causes lui donnent une « marque étrangère » tout comme ils ont attribué tous les malheurs à la « conspiration », de quelle conspiration parlaient-ils?

Quiconque parle du siège et trouve derrière lui ce « ton » de manière perroquet, il essaie de dissimuler qu’il prend l’État, le pouvoir et le peuple « en otage », le pays est dans une position « otage » et non sous le « siège »:

Le pays n’a-t-il pas été pris en otage pendant deux ans et demi, sous le vide constitutionnel, jusqu’à l’élection du général Michel Aoun à la présidence ? Le secrétaire général adjoint du Hezbollah, Cheikh Naeem Qassem, n’a-t-il pas dit à l’été 2016, quelques semaines avant les élections présidentielles: Aoun ou le vide?
Le pays n’a-t-il pas été pris en otage en juillet 2006 lorsque le secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah, a déclaré unilatéralement la guerre, sans aucune coordination avec l’État libanais, et en raison des pertes humaines et matérielles qu’il a causées, sa célèbre phrase disait : « Si je savais » ?

« J’assure au peuple libanais, un été calme, on peut vous décrire », a déclaré Nasrallah sur la table.

En fait, le Liban n’est pas assiégé à l’extérieur, le Liban est l’otage du Hezbollah, contrôlant sa décision politique et militaire et enfin, notamment l’économie.

C’est une réalité. L’exil est censé être des faits, pas à la manière libanaise : « Nous nions en totalité et en détail », et c’est fini !