SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 30 September 2022, Friday |

Vous devez « choisir l’électricité et non pas les générateurs »

Il est devenu impératif pour l’écrasante majorité des Libanais de commencer à écrire l’histoire du règne d’Aoun et de dépoussiérer le livre « La guérison impossible » pour en publier la deuxième partie en commémoration des réalisations du « Courant patriotique libre » sur le niveaux politique, économique, social et de développement et les relations extérieures du Liban.

Y a-t-il quelqu’un qui ne connaît pas l’histoire de ce proverbe, tel qu’il a commencé à l’ère préislamique, selon une source spéciale pour « Sawt Beirut International ».

Même s’il y avait des différences dans les récits selon les sources, le résultat est le même et s’applique au cours du mouvement, qui ne cessait de proclamer qu’il était le père du slogan « liberté, souveraineté et indépendance », qu’il réutilisait en plusieurs étapes, jusqu’à atteindre « l’enfer ».

En effet, le peuple libanais a commencé à entrer en groupe dans le couloir qui mène à l’Enfer, au sens de perdre toutes les nécessités de la vie, désormais au niveau sanitaire, nutritionnel et économique.

L’enfer a atteint les institutions de l’État et son ministère, dont la plupart souffraient de problèmes de base, mais le ministère de l’Énergie est désormais en tête de liste.

Malgré les sommes importantes qui lui ont été allouées, ce qui a fait l’objet d’une lutte entre le « Mouvement patriotique libre » et le « Mouvement Amal » représenté au gouvernement par le ministre Ali Hassan Khalil, le secrétaire de la Maison de l’argent au gouvernement , qui a été le fer de lance de la lutte sur les transactions d’ouverture de crédits pour couvrir l’achat de projets de carburant et d’électricité.

Cet échange au fil des ans a été payé par le peuple libanais à partir de ses dépôts, et le résultat est « l’obscurité » 24h/24.

Malgré cela, le slogan « élisez l’électricité, pas les générateurs » est à l’honneur dans la campagne électorale de l’ancien ministre de l’Énergie Gebran Bassil, qui a dirigé un ministère pendant cinq ans.

Et puis il a passé le flambeau aux cadres du mouvement, et malgré le cumul des années de fonctionnement du mouvement, on est arrivé à « zéro résultat » et il lui était plus utile de mettre dans la liste de son programme son mouvement électoral le « stratégie défensive », qu’il produit sous forme de carton jaune, pour obtenir des gains de son allié.

La source ajoute que ces slogans sont comme une tentative de « couvrir le ciel de voûtes », d’autant plus que l’état d’anxiété vécu par le « Courant patriotique libre » lui a imposé la coexistence et l’harmonie avec son adversaire, le « Mouvement Amal », malgré l’histoire de l’échange d’accusations, conduisant Bassil à qualifier le président du Parlement Nabih Berri le « voyou ».

Cependant, les choses reviennent souvent à la normale avec l’entrée du secrétaire général du « Hezbollah » Hassan Nasrallah sur la ligne de calme malgré quelques violations.

Aujourd’hui, le « Mouvement patriotique libre » doit coexister avec la réalité de l’alliance avec le « Mouvement Amal » car « la fin justifie les moyens » après que l’automne ait frappé l’arbre généalogique du mouvement politique avec le retrait de certains faucons et calomnié d’autres.

Et le « Hezbollah » verra ses sièges réduits lors des prochaines élections.

    la source :
  • Sawt Beirut International