SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 9 December 2022, Friday |

Wilayat Al-Faqih…Et la chute de Beyrouth

Il n’y a pas besoin d’explications et d’interprétations de ce qui se passe à la recherche des causes de l’effondrement qui s’est produit dans un pays dirigé par le « Hezbollah ». Pour ce dernier, le Liban n’est rien d’autre qu’une carte iranienne, et le peuple n’a d’autre choix que de demander à Dieu, peut-être, qu’il mette rapidement fin à cette entité afin de pouvoir sauver quelque chose.

Le problème du Liban ne réside pas dans l’effondrement financier et économique, ni même dans la fermeture des banques, mais le fossé se creuse en raison de l’occupation iranienne armée, de la servilité et de la complicité partisane opportuniste avec cette occupation. Ce dernier est un projet « prêt » à imposer aux Arabes et à les dominer, et le conflit avec l’Iran ne se déroule pas uniquement avec des armes, mais en conjonction avec une bataille de la conscience, de la connaissance et du savoir à tous les niveaux.

Sous la direction de gouvernements et de présidents consensuels – approuvés par le système corrompu – le Hezbollah s’est lentement développé, sapant les institutions de l’État et propageant l’occupation iranienne avec détermination, bénéficiant de la législation de l’arme de la résistance.

L’escalade iranienne était et est encore sur tous les fronts arabes, notamment au Yémen, en Irak et en Syrie, et il n’y a aucune raison pour que le Liban fasse exception, d’autant plus que « Aoun » et son gendre étaient et sont encore tout à fait prêts à fournir la couverture chrétienne requise par le parti et son guide, et que « La chute de Beyrouth » a été le principal élément que cette milice a utilisé pour mener à bien son projet d’expansion idéologique.

Dans le long voyage pour restaurer le Liban, s’il est possible de le restaurer, un point de départ est nécessaire. Le point de départ est la restauration de la légitimité et de la souveraineté de l’État et la dissolution de l’îlot étatique basé sur le corps usé de l’État. Il est impossible d’affronter cet état par le jeu des parlements et des gouvernements, et ce qu’il faut aujourd’hui c’est un « mouvement de résistance » global à cette occupation qui commence par un boycott global du Hezbollah, sinon nous allons vivre sous une occupation iranienne à long terme.

Il suffit d’un regard rapide sur ce que le Liban est devenu, et malheureusement tout ce qu’on peut dire c’est que le « Hezbollah » a vaincu le Liban et les Libanais et a transformé Beyrouth en une banlieue pauvre de Téhéran, et la seule solution est de soutenir une résistance libanaise populaire et souveraine pour expulser l’occupation iranienne et arrêter l’hégémonie et la terreur du Hezbollah au Liban et dans les pays arabes, sinon il n’y aura pas de paix dans le monde.

    la source :
  • Sawt Beirut International