SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 25 September 2022, Sunday |

Bulletin d’information de « Sawt Beirut International »- Dimanche 16 janvier 2022

Dans le bulletin d’information d’aujourd’hui:

– Dans quel contexte politique et économique les réunions du gouvernement peuvent-elles reprendre ?
– Y a-t-il une interruption quasi-totale des communications et de l’Internet ?
– Où est le rôle de l’État pour soutenir les écoles et les empêcher de fermer ?

Celui qui lit le communiqué de presse conjoint du Hezbollah et du mouvement Amal concernant le retour à la table du cabinet, pense à première vue que les deux partis se sont soudainement transformés en une organisation caritative ou une organisation humanitaire missionnaire ! La déclaration lie le retour à l’inquiétude pour le Liban, son peuple et sa sécurité sociale. C’est une justification ridicule. Où était la préoccupation pour la sécurité sociale des Libanais au cours des dernières semaines ? Peut-on croire que le parti et le mouvement ont soudainement connu un réveil de conscience qui les a amenés à reconsidérer leurs calculs politiques ? Bien sûr que non.

L’affaire est bien plus que cela, et elle est liée à deux choses : interne et externe. À l’intérieur, le parti et le mouvement sont à l’aise avec la procédure judiciaire… parce qu’elle s’est arrêtée ! L’enquêteur judiciaire, le juge Tarek Bitar, a été menotté, et « Hezbollah » et « Amal » ont arrêté l’enquête dans le crime du port. Et pour compléter la « victoire » à double sens, l’Autorité Générale des Cours de Cassation a perdu son quorum suite à la retraite de l’un de ses membres, et elle n’a plus pu examiner les procès intentés contre le juge Bitar. C’est ainsi que Bitar est devenu un enquêteur judiciaire… Suspendu !

A l’étranger, c’est plus compliqué. L’Iran, qui contrôle les décisions du Hezbollah, est encerclé militairement, économiquement et même sur le plan sécuritaire. La situation militaire de ses armes au Yémen est en déclin, voire en recul. Et il est en difficulté sur le plan interne avec de forts problèmes économiques, qui ont fait bouger et agiter plus d’une région et d’un pays en Iran, en raison de la faim, de la soif, du chômage et des prix élevés. La situation sécuritaire y est également ébranlée en raison d’explosions dont les sources et les cibles sont inconnues. Pour toutes ces raisons, l’Iran fait actuellement preuve de souplesse diplomatique, que ce soit au niveau des pourparlers de Vienne, ou au niveau de ses relations avec les pays du Golfe, notamment l’Arabie Saoudite !

En bref : si l’Iran n’était pas encerclé, le duo chiite ne serait pas revenu à la table du conseil des ministres ! Par conséquent, il faut que le Hezbollah cesse de nous faire des sermons moraux et de se présenter comme s’il se sacrifiait pour nous ! Il ne se soucie pas de nous ou de nos problèmes, mais exécute les demandes et les ordres du Wali al-Faqih !