SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 5 December 2021, Sunday |

Bulletin d’information de « Sawt Beirut International » du dimanche 17 octobre 2021

Dans le bulletin d’aujourd’hui:

-Que reste-t-il de la révolution du 17 octobre?
-Bassil a-t-il vendu la dignité des martyrs de 13 octobre pour plaire à Nasrallah?
– Crise de l’électricité: Qui indemnise les propriétaires de petits travaux?

Deux ans après la révolution du 17 octobre. Deux années a commencé impressionnante et magnifique.Des centaines de milliers de personnes dans toutes les régions se sont rassemblées pour exprimer leur dégoût envers une classe politique corrompue et pour exiger des procès , conduisant au changement.Cependant le changement radical a atteint l’impasse.Le duo chiite est descendu dans la rue, comme d’habitude, dans leurs chemises noires et avec leurs pratiques violentes, ainsi les gens ont reculé avoir appris que le duo, et plus particulièrement le Hezbollah, est descendu dans la rue pour protéger sa couverture chrétienne, Michel Aoun et son mouvement.Ainsi, la révolution s’est apaisée pour la première fois. C’est une révolution pacifique et non violente, mais le parti qui les affronte est le parti des armes.La pandémie de Corona est arrivée, et elle a balayé le reste du mouvement populaire dans la rue, et la régression relative s’est transformée en une régression presque complète.Puis vint le crime de l’explosion du port et les slogans de la révolution étaient mélangés avec des slogans exigeant la vérité et la justice.Ces slogans sont encore brandis, et ils restent tant que le duo chiite fait toujours obstacle à l’enquêteur judiciaire, Tarek Al-Bitar, pour l’empêcher de terminer son travail et ses enquêtes.Cette présentation signifie-t-elle que la révolution est terminée? En fait, ce qui a commencé le 17 octobre ne peut pas finir.Il est vrai que les mouvements se sont réduits pour mille raisons et raisons.Il est vrai que les places des régions se sont vidées des rebelles. Cependant,il est également vrai que la révolution du 17 octobre a créé une opinion publique qui interroge et tient la classe politique responsable, une opinion publique qui se dresse face à ceux qui maîtrisent les abus de la loi et l’évasion de la justice.Sans la révolution du 17 octobre, l’attaque du Hezbollah et du mouvement Amal contre l’enquêteur judiciaire Tarek Al-Bitar n’aurait-elle pas atteint son objectif? La flamme de la révolution brille toujours, et le cœur des révolutionnaires bat toujours avec l’esprit de sanctionner et la date est proche au cours des élections législatives.