SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 2 February 2023, Thursday |

Bulletin d’information de « Sawt Beirut International » du Jeudi 28 Octobre 2021

Dans le bulletin d’aujourd’hui:

– Des nouvelles sanctions américaines contre Jamil Al-Sayed, Khoury et Al-Arab

– Les élections auront lieu le 27 mars et les députés du Mouvement patriotique libre se sont retirés de la session en signe de protestation

– La décision d’augmenter le salaire minimum et l’indemnité de transport… Sommes-nous face à une nouvelle catastrophe ?

En public, toutes les forces politiques veulent des élections, mais les mots sont une chose et la vérité en est une autre.

Ce qui s’est passé à la Chambre des représentants aujourd’hui confirme que de nombreuses forces politiques préfèrent ne pas s’engager dans l’expérience démocratique, comme elles préfèrent l’extension de l’actuelle Chambre des représentants.

Ce n’est pas un détail que le débat à la Chambre des représentants soit si intense.

Ce n’est pas un détail pour les députés du Mouvement Patriotique Libre de se retirer avec leur président de la séance, remettant en cause la légalité du vote, sur la loi à la majorité de 61 voix, au lieu d’obtenir la majorité absolue légalement prévue par 65 députés.

Certes, cette question aura des répercussions juridiques, et une plainte ou un procès sera déposé devant le Conseil constitutionnel.

Aussi, les représentants du Mouvement Patriotique Libre vont déposer plainte concernant le vote populaire de 128 députés, au lieu de six, et d’avancer la date des élections à Mars au lieu de Mai.

Si les élections étaient régies dès le départ par ces plaintes et poursuites judiciaires, quel sera leur déroulement?

De plus, la situation sécuritaire, malgré tout ce qui est dit, n’est pas bonne.

L’ambiance politique et sectaire est chargée, et les âmes s’entassent.

Est-il possible dans cette atmosphère tendue d’organiser des élections?

Et au-delà : la tension est-elle spontanée et le résultat d’un cheminement politique spécifique, ou le résultat d’une planification délibérée de l’autorité politique pour empêcher la tenue d’élections?

Ce qui est certain, c’est que le Mouvement Patriotique Libre ne veut pas d’élections au stade actuel, car il a perdu beaucoup de sa popularité et parce que les Forces Libanaises se sont avérées avoir la majorité populaire, sur la base de ce qui s’est passé à Ain Remmeneh.

Il est également certain que le Hezbollah ne souhaite pas que son allié chrétien faiblit à la Chambre des représentants et se présente pour ce qu’il est aux élections de 2022.

Par conséquent, vous les Libanais, préparez-vous à livrer la bataille de la tenue d’élections, même contre le Mouvement Patriotique Libre et son allié, le Hezbollah.

C’est une bataille préélectorale, alors qui remportera le vote préférentiel?