SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 30 January 2023, Monday |

Bulletin d’information de « Sawt Beirut International » du samedi 2 octobre 2021

Dans le bulletin d’aujourd’hui:

-Le vote des expatriés met en jeu le Hezbollah et le gouvernement Mikati
– Le Hezbollah tente d’atteindre Akar en aidant les familles des victimes de Tleil
-Les Libanais font la queue de l’humiliation devant les stations-service au Canada et en Grande-Bretagne

Enfin la vérité est révélée. Le Hezbollah ne veut pas que les expatriés libanais participent au processus de vote.Logiquement, c’est surprenant, mais ce n’est pas surprenant pour ceux qui savent comment le Hezbollah pense et comment il se comporte.Le parti qui s’appuie toujours sur le pouvoir des armes n’aime pas la démocratie à distance, c’est-à-dire que les électeurs votent loin du pouvoir de ses armes, et des opérations d’intimidation qu’il maîtrise parfaitement! Imaginez que le fils du sud ou de la Bekaa soit élu en Amérique, au Canada et en Australie.

Comment le parti peut-il garantir son vote et sa loyauté une fois libéré des slogans de résistance et des cris de guerre lancés quotidiennement? Ensuite, le parti a beaucoup investi dans l’argent iranien.Il adopte le principe de l’intimidation.Et son dernier investissement est les navires de diesel iraniens, qui ne résoudront pas du tout le problème énergétique au Liban, car leur véritable objectif est d’apporter des voix électorales supplémentaires, pas l’électricité! De plus, le parti ne peut pas inviter ses partisans à participer aux élections dans un grand nombre de pays, car il ne veut pas les exposer aux services de renseignement de leur pays de résidence.Et parce qu’il préfère que ses partisans restent secrets. C’est un parti qui opère en secret, alors comment voulez-vous qu’il expose ses partisans?

C’est ainsi la campagne du parti pour empêcher la participation des expatriés aux prochaines élections législatives commença.Il utilisera tous les moyens pour y parvenir. Le parti qui veut une majorité parlementaire à tout prix, est pleinement conscient que cette majorité parlementaire qu’il recherche ne sera pas atteinte si les expatriés qui sont à l’abri de la peur des armes et de l’influence de la tutelle iranienne sur le Liban n’ont pas voté. Qui gagnera en fin: la logique de la démocratie ou la logique des armes?