SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 18 September 2021, Saturday |

Bulletin d’information de « Sawt Beirut International » du Samedi 28 Août 2021

Dans le bulletin d’informations d’aujourd’hui:

– Sabra pour « Sawt Beirut International » .. Il n’y a pas de nouveau gouvernement à l’époque de Michel Aoun

– Khoury pour « Sawt Beirut International » .. C’est le plan le plus difficile pour l’année académique la plus difficile à venir

En raison de la détérioration des conditions économiques, la seule option pour la jeunesse libanaise est le suicide

Malheureusement, nous suivons les traces de l’Iran ! La preuve : les apparitions médiatiques du secrétaire général du Hezbollah, dans lesquelles il parle sur le ton de l’ordre interdit, comme s’il avait le monopole du pouvoir au Liban !

Lors de ses trois dernières apparitions, Hassan Nasrallah a délibérément prêché aux Libanais les navires iraniens, et à chaque fois il nous a promis un nouveau navire iranien.

En revanche, les responsables libanais gardent un « silence complet », comme s’ils ne s’intéressaient pas aux propos de Nasrallah, ni de près ni de loin.

C’est plutôt comme s’ils n’étaient pas responsables d’un peuple, et qu’ils n’étaient pas les gardiens d’un État et de la dignité d’une nation !

Hier, Nasrallah a déclaré textuellement : « Nous avons convenu avec les frères iraniens de commencer à charger un troisième navire-citerne ».

La question est: la lettre « n » dans le mot « nous sommes d’accord » à qui appartient-elle ? Est-ce pour Nasrallah personnellement ou pour le Hezbollah ?

Dans les deux cas, Nasrallah ou son parti ont-ils le droit de s’entendre avec un deuxième pays sur une question souveraine liée à l’État, telle que la question des hydrocarbures, sans revenir à l’État libanais ?

Dans ce cas : où est le président de la république par rapport à ce qui se passe ? Où est le premier ministre démissionnaire ? Où est également le premier ministre désigné ?

L’étrange est que le président de la république et les deux premiers ministres démissionnaires et inculpés se préoccupent tous de recouvrer les droits de leurs sectes, que ce soit par la formation de gouvernement attendue, ou en refusant de comparaître devant l’enquêteur judiciaire !

De quels droits pour les chrétiens et les sunnites parlent Aoun, Diab et Miqati ?

Ne savent-ils pas que les droits de leurs sectes sont vides de sens et inutiles, tant que nous, en tant que Libanais, perdons chaque jour notre droit d’exister dans un pays souverain régi par des institutions libanaises et non iraniennes ?

Et Aoun, Diab et Mikati ne savent-ils pas que par leur négligence ils font la règle dans notre pays sur le chemin de l’Iran ?

En Iran aussi, il y a des présidents fictifs et des institutions constitutionnelles, mais le mot qu’il contient appartient au guide suprême de la République islamique d’Iran.

Et ici, nos présidents et institutions se transforment en une simple couverture pour Nesrallah…