SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 24 October 2021, Sunday |

Bulletin d’information de « Sawt Beirut International » du samedi 9 octobre 2021

Dans le bulletin d’aujourd’hui:

-Les promesses de l’Iran au Liban sont-elles comme vendre du poisson dans la mer?
-Comment la situation économique a renforcé le phénomène d’armes illégales?
-Films libanais dans le cinéma canadien

Quelque chose a changé. Le mouvement diplomatique vers le Liban s’intensifie et revient lentement à son époque précédente.La plupart des pays influents y ont participé et participent successivement: l’Allemagne, la France, l’Iran et les États-Unis d’Amérique, même l’Arabie saoudite, qui refusés de s’ingérer dans les affaires libanaises pendant cette période, son ambassadeur est retourné au Liban pour être au courant de l’évolution de la situation.Nous sommes donc dans une nouvelle phase diplomatique, mais y a-t-il un changement politique profond qui réponde aux caractéristiques de la nouvelle phase diplomatique? Jusqu’à présent, au moins, rien n’a changé.Le président Najib Mikati fait de nombreuses tournées,prêtant attention dans tous les sens, mais le résultat n’est pas rassurant. Dans le dossier judiciaire, par exemple, il est incapable de prendre une initiative, et même de… prendre position! Hier, Bkerke a exigé une position claire dans le dossier de l’enquête judiciaire sur le crime de l’explosion du port,et que Mikati soutienne Tarek Al-Bitar jusqu’au bout dans ce qu’il fait, surtout après la menace directe que ce dernier a reçue du Hezbollah. Cependant, la réponse de Mikati est restée dans le cadre des généralités, ce qui indique que le Premier ministre est incapable de dire un seul « non » face au parti qui contrôle les capacités de l’État… Une autre affaire fait douter de la performance du gouvernement, une affaire de type dimension économico-sociale, comment Najib Mikati et ses ministres feront-ils face aux exigences du Fonds international? A-t-il la liberté de décision et la liberté d’action? Tout le monde connaît la position du Hezbollah sur la négociation avec le Fonds, et sur la plupart des conditions fixées par le Fonds,Mikati est-il capable de concilier un fonds qui opère sur des bases internationales et un parti qui ne reconnaît pas les institutions internationales, pas même la légitimité internationale? En attendant la réponse difficile, l’obscurité totale attend les libanais pour célébrer le succès du gouvernement « Ensemble pour le sauvetage ».