SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 27 November 2022, Sunday |

Bulletin d’information de « Sawt Beirut International » du vendredi 24 décembre 2021

Dans le bulletin d’aujourd’hui:

– Les responsables du pays reportent les solutions au nouvel an.
– Comment les Libanais font-ils leurs achats face à un taux de change du dollar de 27 mille livres ?
– Cette année, le dîner de Noël se compose de ce qui est présent dans la maison.

Joyeux Noël à tous les spectateurs de Sawt Beirut International au Liban et dans le monde. Pour les chrétiens, théologiquement, le jour de la Nativité est une réalisation pratique et une incarnation réelle du temps du sauvetage. Quant à la vision terrestre, pour tous les Libanais, il est clair que le temps du sauvetage est encore loin. La raison en est que la plupart des responsables de premier rang sont en proie à une rivalité acharnée, et au lieu de se préoccuper du sauvetage du pays, on les voit se consacrer à leurs propres querelles, disputes et comptes personnels destructeurs.

Aoun (le mandat fort), par exemple, qui est en train de vaciller, et a chuté en popularité, fait encore des dernières tentatives pour réaliser deux choses. La première : faire passer les élections législatives avec le moins de pertes possibles, et la seconde : amener Gebran Bassil à la tête de la première présidence. Et les deux sont irréalisables, pour ne pas dire qu’ils sont presque impossibles. Par conséquent, le président Aoun sera plus dur que jamais au cours des dix derniers mois de son mandat, ce qui aura un effet négatif sur la situation du pays dans son ensemble.

D’autre part, le président Nabih Berri n’est pas mieux placé. Il est vrai qu’il a gagné sa dernière bataille contre Bassil et Aoun au Conseil constitutionnel, mais sa position dans la rue chiite n’est pas bonne, et il mène maintenant une bataille pour établir sa présence dans les prochaines élections parlementaires contre le Hezbollah, et il mène également une bataille pour conserver la présidence pour quatre nouvelles années. Peut-il y parvenir ?

Najib Mikati reste le plus faible des membres de la triangle présidentielle. Mikati est dans un état critique. Depuis qu’il est entré au Sérail, il a été premier ministre, mais… Suspendu ! Son gouvernement, qui a été commercialisé comme un gouvernement de sauvetage, a besoin de quelqu’un pour le sauver du duo chiite qui y participe et contrôle sa décision. Ainsi, Mikati, à une vitesse record, est devenu l’otage du duo et l’otage du contrôle du Hezbollah sur ses décisions.

Si cette situation est celle des principaux responsables du pays, qu’en est-il de celle des ministres et des représentants ? Le pays entre dans la période des fêtes de fin d’année avec une autorité paralysée : ses gouvernants et ceux qui en sont responsables sont presque sans travail. Malgré tout, nous vous souhaitons un joyeux Noël et une bonne année !