SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 28 January 2022, Friday |

Bulletin d’information de « Sawt Beirut International »- jeudi 13 janvier 2022

Dans le bulletin d’ajourd’hui:
– Conflit politique dans la rue…
– Une journée de colère et de manifestations, de fermeture de routes et d’escalade
– Le dialogue d’Aoun est mort avant sa naissance. Et les confidents lui ont tiré dessus avant les adversaires.

Recherchez les élections législatives. Tout ce qui se passe sur le plan politique, économique, social et sécuritaire a un objectif clair: annuler les élections.

Et ce qui s’est passé hier soir à la Banque centrale est la meilleure preuve de la direction vers laquelle les choses peuvent se diriger.Les gens sont fatigués de l’humiliation systématique à laquelle ils ont été soumis dans tous les domaines et à tous les niveaux. Par conséquent, il n’est pas étrange qu’ils se révoltent. Il n’est pas non plus étrange que des parties interviennent pour transformer la manifestation pacifique et mesurée en émeutes. C’est donc un chaos mobile attendu au Liban, pour la simple raison que la bande au pouvoir le veut, le demande, et le planifie, afin d’empêcher la tenue des élections législatives en leur temps constitutionnel.N’oublions pas que la tension dans la rue est principalement causée par la hausse du prix du dollar résultant de la crise politique dont l’une des manifestations les plus marquantes est l’incapacité du gouvernement à se réunir à la suite de la crise du duo chiite boycottant les séances.

De là, on peut dire que tout est préparé.La tension politique créée par le parti d’opposition conduit à un effondrement économique et social et au chaos dans la rue qui empêche la tenue d’élections en mai. Si un nouveau parlement n’est pas élu, alors il est naturel qu’un nouveau président de la république ne soit pas élu, alors l’effondrement deviendra complet, et alors le Hezbollah réussira son objectif stratégique: tenir une conférence fondatrice pour mettre fin à l’étape de la deuxième république, ou la république de Taif, et établir une troisième république.Les partis politiques souverains sont-ils conscients de ce complot et s’emploient-ils à le mettre en échec par tous les moyens possibles? Ou les partis vont-ils continuer indéfiniment dans le jeu des répartitions des quotas et des sièges, puis gagner des sièges et perdre, et nous perdrons le Liban?