SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 17 October 2021, Sunday |

Bulletin d’information de Sawt Beirut International-le mercredi 11 août 2021

Un bref du bulletin d’information de ce soir :

-Après le pain et les sérums, il y a maintenant des bouteilles d’eau, ainsi que des séquences supplémentaires enregistrant la contrebande non-stop d’essence et de diesel.
-Une session aura lieu demain, dont l’issue est indéterminée, et les familles des victimes de l’explosion du port protestent contre la session de la honte.
-Sawt Beirut International fait des recherches et étudie la Fondation Michel Aoun. Qu’a-t-elle accompli jusqu’à présent?

Le Parlement est-il composé de représentants des citoyens ou simplement de conspirateurs anti-peuple? Selon Elie Ferzli, vice-président du Parlement, si les nouvelles concernant l’objectif de la session de demain sont réelles, la deuxième hypothèse devient juste. La session de demain aboutira à la formation d’une commission parlementaire dotée de pouvoirs étendus pour enquêter sur le crime du port, alors pourquoi le parlement s’est-il soudainement réveillé un an plus tard et a-t-il décidé d’intervenir dans l’enquête?

La réponse est sans équivoque et ne laisse aucune ambiguïté. Les membres du Parlement qui ne veulent pas parvenir à la vérité et à la justice ont supposé que le pouvoir judiciaire libanais n’oserait pas convoquer de hauts fonctionnaires pour comparaître devant lui, alors ils ont d’abord accepté que le crime du port de Beyrouth soit renvoyé au pouvoir judiciaire; cependant, lorsqu’ils ont découvert que le pouvoir judiciaire, contrairement à eux, voulait parvenir à la vérité, ils ont expulsé le premier enquêteur judiciaire, Fadi Sawan. Et maintenant, ils tentent de bloquer le travail du deuxième enquêteur judiciaire, le juge Tarek Bitar, en organisant une commission d’enquête parlementaire.

Quelle est exactement cette arrogance face à un tel crime historique? Quelle est la nature de ce crime prémédité contre les victimes et leurs familles, les blessés et le Liban dans son ensemble? Comment les représentants du peuple ont-ils pu les tromper jusqu’ici en prétendant qu’ils veulent la vérité par le biais d’une commission d’enquête parlementaire, mais qui enquêtera avec qui dans ce cas? Comme nous le savons tous, le comité d’enquête sera composé de politiciens, et la majorité de ces législateurs seront impliqués dans le crime d’une manière ou d’une autre par l’intermédiaire de leurs ministres accusés. Avez-vous déjà entendu dire que l’accusé mène une enquête pour déterminer s’il est le criminel?