SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 23 January 2022, Sunday |

Bulletin d’information de « Sawt Beirut International »- mercredi 12 janvier 2022

Dans le bulletin d’ajourd’hui:
– Aoun continue-t-il à appeler au dialogue, ou sera-t-il convaincu de son inutilité?
– Quels sont les objectifs de l’interdiction de voyage contre Salameh?
– La vie revient-elle à la révolution en raison des crises accumulées?

La comédie s’est terminée au palais de Baabda. Le président de la République, qui n’est pas présent sur les grands dossiers, a terminé ses consultations pour un dialogue dont on sait d’avance qu’il n’aura pas lieu, et s’il aura lieu, ce ne sera qu’un dialogue pour le dialogue.Aoun reçut et fit ses adieux.Le problème dans le pays ne sera pas résolu, ni par des vœux ni par de promesses. Bien entendu, ici, le président de la République et l’équipe d’Al-Ahed peuvent prétendre que l’autre partie a fait obstruction au dialogue, étant donné qu’elle a refusé d’y participer.Le Président de la République est-il en mesure de persuader le Hezbollah de respecter ce qui a été convenu lors des précédentes tables de dialogue? Nous nous souvenons tous que le parti a accepté en 2012 la déclaration de Baabda, puis a retiré son approbation, déclarant dans les mots du chef de son bloc parlementaire, Mohammad Raad, que le contenu de la déclaration ne valait pas l’encre avec laquelle elle a été écrite.Quelqu’un qui a prononcé de telles paroles il y a dix ans était-il préparé au dialogue? A noter que le parti n’avait pas encore participé à ce temps aux batailles de Syrie, d’Irak et même du Yémen.Qu’en est-il de son état aujourd’hui, après qu’il soit devenu la faction la plus importante des Gardiens de la révolution iraniens? En tout cas, l’enjeu n’est pas là, mais plutôt dans l’esprit sur lequel se fonde le Hezbollah. Quand il parle de dialogue et le soutient, il triche.Comment croire qu’il souhaite le dialogue alors qu’il perturbe les séances du Conseil des ministres? Le gouvernement n’est-il pas le cadre constitutionnel du dialogue sur des sujets totalement contestés, comme le parlement? Alors pourquoi le parti veut-il menacer une institution constitutionnelle existante en faveur d’une institution constitutionnelle qui n’existe pas en premier lieu, qui est la table de dialogue? En bref: le Hezbollah ne veut pas de dialogue, mais perd son temps dans un dialogue non productif et inutile.