SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 5 October 2022, Wednesday |

Bulletin d’information de « Sawt Beirut International »- Mercredi 19 janvier 2022

Le Président de la République et le Premier ministre accepteront-ils de tenir une réunion de cabinet selon un ordre du jour « établi » fixé par le duo Amal – le Hezbollah ? Ce qui a été révélé de la part de l’atmosphère des deux présidents, suggère qu’ils ont accepté les termes et conditions du duo, du moins en apparence. Mais bien sûr, il y a une différence entre le Président de la République et le Premier ministre dans l’approche de la question. Il est connu que Najib Mikati n’aime pas la collision, et n’aime pas les situations d’opposition. Par conséquent, il est probable qu’il sera satisfait et acceptera ce que le Parti jaune (Hezbollah) et le Mouvement Amal ont approuvé pour les sessions du cabinet et pour lui. Mais le Président de la République a une autre opinion et… d’autres comptes !

Aoun est à la fin de son mandat, et il veut assurer la continuité politique de Gebran Bassil, que ce soit en essayant de lui « transmettre » la présidence ou en renforçant sa position populaire. Les deux choses ne peuvent être réalisées, à moins que Aoun, et Bassil derrière lui, parviennent à obtenir le plus grand nombre de nominations administratives chrétiennes avant la fin du mandat présidentiel du président Aoun. D’où l’insistance d’Aoun pour que le cabinet se réunisse à nouveau, contrairement à l’insistance de Berri pour que le gouvernement ne se réunisse pas. Le Hezbollah est donc également intervenu auprès de ses deux alliés pour que les sessions du gouvernement se déroulent d’une meilleure manière, c’est-à-dire selon un ordre du jour préétabli, qui constitue un compromis entre les propositions d’Aoun et de Berri.

Aoun se contentera-t-il indéfiniment de marcher selon la logique du duo chiite ? Abandonnera-t-il complètement son objectif de procéder à des nominations administratives qui renforcent la position du Courant patriotique libre au sein des départements officiels ? Très probablement, Aoun poursuivra sa bataille lorsque le gouvernement sera de nouveau réuni. Le gouvernement de Mikati en paiera-t-il à nouveau le prix, et nous reviendrons à nouveau à la logique de l’obstruction ?