SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 25 January 2022, Tuesday |

Bulletin d’information de « Sawt Beirut International » – mercredi 5 janvier 2022

Dans le bulletin d’aujourd’hui:
Le budget général est-il une clé pour sortir de l’impasse du gouvernement?
– Une augmentation significative des factures d’électricité… Quel sera le tarif?
– Pourquoi les Libanais se précipitent-ils pour acquérir des armes?

Y a-t-il un nouveau règlement sur le feu entre les piliers du gang au pouvoir? Ce qui s’est passé aujourd’hui au palais de Baabda le suggère apparemment. La visite soudaine de Najib Mikati au palais présidentiel et la déclaration qu’il a faite à l’issue de la visite ont confirmé l’impression qu’il y avait quelque chose de préparé et préparé en secret, visant à redonner la vie aux deux principales institutions politiques du pays: le Conseil des ministres et le Parlement.Apparemment, la formule de règlement repose sur ce qui suit: Le Président de la République signe l’ouverture d’une session du parlement en échange de l’invitation de Najib Mikati au Conseil des ministres à une réunion afin d’effectuer l’achèvement du budget général. Est-ce à dire que les institutions constitutionnelles reprendront normalement leurs travaux après avoir levé la tension entre les présidents Aoun et Berri? En surface, cela semble s’être produit. En réalité, la situation est différente.Si la signature du président de la République est garantie d’ouvrir une session alors qu’est-ce qui garantit que Mikati appellera vraiment à réunion tant que le duo chiite maintient ses positions négatives, et tant qu’il veulent éloigner le Bitar avant de tenir une réunion gouvernementale? Il y a ceux qui affirment dans ce contexte que le Hezbollah ne peut accepter la tenue d’une session du cabinet, surtout après que Mikati a répondu aux propos d’Hassan Nasrallah à propos de l’Arabie saoudite. Cela signifie-t-il que le règlement proposé n’aboutira pas? C’est le scénario probable.La moitié du règlement sera mise en œuvre, c’est-à-dire l’ouverture d’une session exceptionnelle, alors que le gouvernement ne se réunira pas.A ceux qui sont surpris, nous disons: ne soyez pas surpris, car la plupart de ce que dit Najib Mikati n’est pas mis en œuvre. Il est vrai qu’il est constitutionnellement premier ministre, mais en pratique, sous le duo chiite, il n’est qu’un Premier ministre suspendu!