SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 22 October 2021, Friday |

Bulletin d’information de Sawt Beirut International pour le Dimanche 11 juillet 2021

Dans les nouvelles d’aujourd’hui:

– Ils ont recherché le Hezbollah en perturbant la formation… Sans gouvernement et sans justice, l’Etat renforcerait l’Etat

– La levée des immunités ne poussera-t-elle pas les Nations Unies à placer le Liban sous tutelle internationale ?

– Delta… Ses dangers renverseront-ils l’immunité acquise en quelques mois ?

Le Premier ministre israélien a déclaré aujourd’hui dans un communiqué que le Liban est sur le point de s’effondrer comme tous les pays que l’Iran contrôle, et que ses résidents paient cher ce contrôle.

Toutes les situations au Liban semblent être une « crise », et la raison en est le Hezbollah, la branche iranienne au Liban. Depuis que le parti a pris le contrôle du processus décisionnel libanais, la démocratie libanaise a dans la plupart des cas été régie par l’obstruction.
Le dernier exemple de perturbation des institutions constitutionnelles est l’échec de la formation d’un gouvernement il y a environ 11 mois. Quelqu’un peut-il croire que si le Hezbollah avait voulu un gouvernement, il n’aurait pas pu y parvenir ? Les deux partis faisant obstruction à la formation du gouvernement, à savoir Gebran Bassil et Saad Hariri, sont prêts à répondre à ce qu’il leur demande sur la base de son soutien à eux, mais le parti ne veut pas interférer avec les deux groupes qui le suivent car il veut plus d’usure, et plus l’État est faible, plus l’État est fort.

Un deuxième exemple concerne cette fois l’enquête sur le crime d’Explosion dans le port de Beyrouth. Lorsque l’enquêteur judiciaire a annoncé qu’il avait accusé trois députés, un ministre et plusieurs responsables des services de sécurité, les intéressés ont répondu à la demande de levée de l’immunité des accusés, et il semblait que l’enquête pouvait atteindre de grandes têtes cette fois, mais Nasrallah avait un autre avis.

Lors de sa récente apparition médiatique, il a critiqué l’enquêteur judiciaire et mis en cause son intégrité et a mis en doute la politisation du dossier. Ici, l’atmosphère a complètement changé. La Commission mixte du Parlement a reporté la levée de l’immunité des députés, et le ministre de la L’intérieur a refusé de lever l’immunité du général de division Abbas Ibrahim. Depuis l’assassinat du président martyr Rafiq, le Hezbollah Hariri déteste la vérité et ne veut jamais de justice. Un pays que le Hezbollah veut sans gouvernement et sans justice n’est pas un pays au bord de l’effondrement ?

Le proverbe libanais bien connu dit : « Enlevez la vérité de la bouche des fous. » Quant à nous, malheureusement, le proverbe est devenu applicable sur nous les libanais, avec quelques modifications: « Enlevez la vérité de la bouche de l’ennemi »… C’est dommage!