SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 21 October 2021, Thursday |

Bulletin d’information de Sawt Beirut International pour le lundi 12 juillet 2021

Dans les nouvelles d’aujourd’hui:

– Hariri cherche un moyen de s’excuser et Berri cherche une sortie pour l’alternative

– Une rencontre entre Geagea et Bukhari réexporte l’espoir et la confiance

– La Syrie des chauffeurs pour la contrebande de camions libanais

En principe, c’est une semaine de résolution gouvernementale, mais au Liban, il n’y a rien de certain, d’autant plus que nous sommes au milieu d’une équation infernale qui est raccourcie par ce qui suit, les Libanais attendent la naissance du gouvernement et regardent vers la maison du milieu sur la fumée blanche ou même le rose noir. Hariri, d’autre part, se tourne vers le Caire et attend un rendez-vous du président égyptien pour se rendre en Égypte afin d’informer Sisi de sa décision de s’excuser de ne pas avoir formé de gouvernement, que dira le président égyptien à Hariri? Accepte-t-il de s’excuser, de sorte que les 10 mois de la vie du pays ont été perdus dans les conflits durant lesquels la valeur du dollar est passée de 7 000 lires à environ 20 000 lires.

En parallèle, le président Nabih Berri est à la recherche du successeur de Hariri dans le processus de mise en service, bien sûr, ce n’est pas un objectif fou de sauver la république du spectre du vide, alors que nos responsables sont friands de la république sauf avec des slogans, des mots et des positions, mais son but est d’empêcher le président de la République et son gendre de contrôler le processus de mise en service. Encore une fois, c’est une république de blagues ni plus, ni moins. Au lieu que les fonctionnaires essaient de sauver ce qui reste, ils vont mener des batailles absurdes les uns contre les autres.

Sur le plan judiciaire, toutes les indications prouvent que l’objectif de l’autorité de reporter la levée des immunités devant l’enquêteur judiciaire est d’empêcher l’accès à la vérité et la dernière preuve en est ce que le ministre de l’Intérieur a déclaré devant les familles des martyrs de l’explosion du quatrième août qu’il étudiera avec son équipe juridique si elle donne la permission de lever l’immunité du général Abbas Ibrahim, mais il s’avère que la promesse de Mohamed Fahmi n’est pas vraie, le dossier est maintenant sous la garde du procureur de cassation et donc Fahmi n’est plus en mesure de reconsidérer sa décision.