SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 3 December 2022, Saturday |

Bulletin d’information de Sawt Beirut International pour le samedi 26 juin 2021

Dans le journal d’aujourd’hui :

Nasrallah a humilié Basile

– Hariri va-t-il prendre des leçons de la page de Basil et rester à l’écart des bras du duo chiite ?

La levée des subventions à l’essence enflamme le dollar et la rue est à nouveau tendue

« Basile m’a utilisé comme un ami, et j’ai utilisé le président Nabih Berri, et c’est le seul cadre disponible qui peut conduire à un résultat satisfaisant pour les présidents Michel Aoun et Saad Hariri. »…

Avec cette méthode directe, Hassan Nasrallah a répondu à l’appel de Gibran Bassil pour qu’il soit un arbitre sur la question gouvernementale. Le secrétaire général du Hezbollah n’a pas dissimulé sa position négative sur la proposition de Bassil de formules qui gâcheraient l’auditeur, comme s’il voulait faire comprendre au chef du Mouvement patriotique libre que « ce qu’il a décidé a été décidé », et que ce qui a été écrit a été écrit et qu’il doit passer par Ain al-Tineh pour pouvoir faciliter une partie de ce qu’il veut, gouvernemental et politique.

C’est l’humiliation de Gibran Bassil. Il y a quelque temps, Berri était le « voyou », et il était un symbole de corruption. Aujourd’hui, le chef du Mouvement Patriotique Libre et même le Président de la République doivent convaincre Berri s’il veut pour sortir le processus de formation du gouvernement du goulot d’étranglement. En réponse à Bassil, mais aussi au président de la République, qui accuse indirectement le Hezbollah d’être neutre en matière de formation du gouvernement, Nasrallah a confirmé qu’il avait fortement contribué à affronter le pression exercée sur le président de la République pour qu’il accepte toute formation qui lui serait remise, depuis l’époque de la mise en service de Mustafa Adib.

« Si Nasrallah l’a appliqué à Bassil, il l’a également appliqué à Michel Aoun », ce qui constitue une réponse directe à toutes les critiques adressées au parti par les dirigeants du Mouvement patriotique libre, cela signifie-t-il que la relation tendue conduira à un désengagement entre les deux parties ? Non, le courant n’est plus en mesure de s’écarter de la stratégie du parti pour de nombreuses raisons, et le parti le sait.

Alors bravo au mouvement pour ce qu’il a fait lui-même, et est-ce qu’il s’est passé une leçon pour le Premier ministre Hariri afin qu’il ne poursuive pas sa politique de tomber dans les bras du duo chiite, peut-être qu’il se réveille avant qu’il ne soit trop tard car , comme dit le proverbe : « Tu n’es pas mort, tu n’as pas vu qui est mort ?