SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 29 September 2022, Thursday |

Bulletin d’information de « Sawt Beirut International »- Samedi 15 janvier 2022

Dans le bulletin d’information d’aujourd’hui:

– Le dollar continue de baisser.. Qui manipule le marché noir?

– Bassil nie son échec et fait des déclarations dangereuses sur la modification de la constitution et le changement de régime

– Inspection des moyens de subsistance dans les conteneurs à déchets…

Une fois de plus, le Courant patriotique libre prouve qu’il est le mouvement qui réussit le mieux à diffuser des arguments et des arguments incorrects.

Le dernier exemple en est l’interview de presse accordée par son président, Gibran Bassil, à un journal libanais.

Il a attaqué toute la structure politico-institutionnelle du pays, du président du Parlement au Premier ministre, en passant par le commandant de l’armée, le gouverneur de la Banque du Liban et le président du Conseil supérieur de la magistrature. Si Bassil et son courant étaient dans l’opposition, on aurait compris son point de vue.

Quant au fait qu’il soit en jugement et qu’il dise ce qu’il a dit, c’est une chose qui appelle l’émerveillement et l’étonnement, et même le ridicule.

Selon vous, qui a signé le décret d’attribution de Mikati? Le président de la République n’est-il pas le fondateur du Courant patriotique libre ? Aoun n’était-il pas satisfait à l’époque de cette mission? Ensuite: N’est-ce pas le président de la République qui a nommé le commandant de l’armée et le chef du Conseil supérieur de la magistrature, avec l’approbation du Courant patriotique libre? Qui a également accepté l’extension du Riad Salameh? Le Président de la République n’est-il pas avec le Courant Patriotique Libre? Alors pourquoi se soustraire ainsi à ses responsabilités? Gebran Bassil souffre-t-il de schizophrénie? Un deuxième danger, selon Bassil, est lié au changement de régime. Il a souligné que les élections seront frustrantes pour ceux qui pensent qu’elles apporteront un changement, car le changement réel se fait en modifiant la constitution pour changer le régime. Bassil est-il conscient du sérieux de sa position?

Sait-il que ce qu’il annonce n’est que dans l’intérêt du Hezbollah? Le Hezbollah, aujourd’hui avant demain, veut changer Taif, car il a le pouvoir qui le qualifie pour imposer ses conditions sur la table. Est-ce ce que veut le cher gendre? Que toutes les composantes libanaises succombent aux volontés et diktats du Hezbollah? Non, monsieur Basil. Le peuple libanais ne veut pas changer le régime, mais plutôt la classe corrompue qui a frappé le régime de l’intérieur, le perturbant et le déformant. Le peuple tiendra cette classe corrompue pour responsable lors des prochaines élections.

Il n’est pas exclu l’idée que votre place à Batroun en coûtera le prix… Attention!