SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 3 December 2022, Saturday |

Bulletin d’informations de Sawt Beirut International-Dimanche 12 Décembre 2021

Dans le bulletin d’aujourd’hui :

– Le Hezbollah, qui a menacé par 100000 combattants, accuse Saeed de sédition
– Deux réalités sécuritaires au Liban. Un pays qui est incapable de gouverner et un État qui contrôle le pays et le peuple
– Un des prisonniers de Roumieh à Mawlawi : Non, Monsieur le Ministre, ce n’est pas bon

Le compte à rebours de l’occupation du Liban par l’Iran a-t-il commencé ?
Réponse : Oui, en lisant les faits et en comparant le passé avec le présent.
La Syrie, par exemple, qui a occupé l’ensemble du Liban de 1991 à 2005, n’a pas été ébranlée par son statut et son occupation n’a été ébranlée que lorsque la plupart des Libanais se sont opposés à elle, et après que la plupart des forces politiques ont commencé à la critiquer secrètement ou publiquement, et ils ont décrit sa présence au Liban comme une occupation.
Aujourd’hui, la situation ressemble à l’an 2000, l’année qui a marqué le début de l’effondrement de l’occupation syrienne.
L’Iran, qu’il le veuille ou non, c’est elle et non pas les États-Unis d’Amérique, le plus grand diable pour les Libanais.
Le Hezbollah est également dans une situation difficile et délicate avec la plupart des Libanais.
Souvenons-nous un peu plus tard. En 2000, quand Israël s’est retiré du Sud-Liban, il y avait un quasi-consensus au Liban sur la droite de la présence du Hezbollah et son rôle dans la réalisation de la libération. En 2006, l’opération Anakid Al-Ghadab a créé de la sympathie pour le Hezbollah non seulement au Liban, mais dans la plupart des régions du monde arabe.
Aujourd’hui, où est le parti du consensus libanais et arabe ?
Il est de l’autre côté et à l’autre endroit. Chez lui, il est accusé de perturber la vie politique, de rétablir la stabilité et d’établir un État au sein de l’État qui protège la corruption ,corrompt les gens, confisque la décision de guerre et de paix, et même toutes les décisions stratégiques du Liban.
Le monde arabe et Internationalahu sont accusés d’exporter du terrorisme et de la contrebande de toutes sortes, notamment le Captagon, et même d’exporter des guerres à l’étranger, comme cela s’est produit en Syrie, au Yémen et dans d’autres pays arabes.
Pour toutes ses raisons et d’autres, le Hezbollah semble être sur la défensive aujourd’hui. Il est coincé dans le coin après avoir perdu l’étreinte libanaise, le soutien arabe et la sympathie internationale. Comment va-t-il agir à partir de cela? Retournera-t-il au Liban avant qu’il ne soit trop tard, ou poursuivra-t-il la politique d’enterrer la tête avec du sable et continuera-t-il à jouer son rôle d’agent de l’occupation iranienne du Liban ?