SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 19 September 2021, Sunday |

Bulletin d’informations de « Sawt Beirut International » du dimanche 12 septembre 2021

Dans le bulletin d’information d’aujourd’hui :

– Quels sont les principaux défis et avantages qui attendent le nouveau gouvernement ?
– La crise des médicaments se poursuit… chaos des prix et monopole.
– Les animaux domestiques paient le prix de la crise économique.

Le navire de carburant iranien déterminera l’identité du gouvernement de Mikati, et ce uniquement… pour ceux qui n’en sont pas encore sûrs ! En principe, demain, le Secrétaire général du Hezbollah annoncera le début de l’entrée des réservoirs de diesel iraniens au Liban, après qu’il ait été révélé que le navire iranien était arrivé à Tartus. Jusqu’à présent, la nouvelle est normale, car il est naturel pour Hassan Nasrallah de se réjouir de chaque « marchandise » iranienne, et d’investir la misère des Libanais dans les médias et en politique. Cependant, quelle sera la position du gouvernement face à ce développement sans précédent ? Le premier ministre osera-t-il dire un mot contre les événements ? Quelle sera la position du ministre de l’énergie et des autres ministres qui se disent spécialistes et indépendants ? Notez que le mensonge de l’indépendance n’a trompé personne ! Tous les ministres sont venus sur la base de la désignation et du soutien des forces politiques, alors comment peuvent-ils être indépendants ? En tout cas, quand les nouveaux ministres prouvent leur indépendance et prennent position sur le navire iranien, alors nous reconnaîtrons notre erreur et leur présenterons nos excuses.

Mais notre gouvernement qui arrive, après une longue attente, n’est pas indépendant, ni de l’intérieur ni de l’extérieur. C’est, en résumé, le gouvernement iranien au Liban. C’est le Hezbollah, qui est une sorte de légion de l’armée du Wali al-Faqih, qui le contrôle, qui contrôle ses décisions et qui guide ses ministres, de leur chef au plus jeune. Alors, assez d’arrogance et assez de vaines revendications d’indépendance.

Aujourd’hui, la pièce de théâtre échouée a été complétée par la demande du ministre de l’information aux médias de ne pas recevoir les analystes qui ont analysé et considéré qu’il y avait un système de quotas au sein du gouvernement. Au nom de quel droit le « médiatique » Georges Kordahi donne-t-il un ordre aux médias ? Ne sait-il pas que cette question n’est pas sa spécialité au Liban ? Ne se rend-il pas compte, M. le nouveau ministre de l’information, que les médias au Liban sont libres et qu’ils sont fondamentalement différents de ceux de l’Iran et de la Syrie ? Monsieur le Ministre, présentez vos excuses pour l’erreur commise. Sinon, tout le monde au Liban et à l’étranger sera assuré que votre plus grande ambition est d’imiter le modèle iranien et syrien très « avancé » en matière de démocratie et de liberté. Que Dieu aide le Liban !