SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 8 December 2022, Thursday |

Bulletin d’informations de « Sawt Beirut International » du dimanche 19 décembre 2021

Dans le bulletin d’aujourd’hui:
– Quels sont les messages que Guterres apporte au gouvernement et au peuple du Liban ?
– Le dollar du marché noir affecte-t-il la saison de ski ?
– Les pannes de vaccins menacent la santé des enfants

Le Secrétaire Général des Nations Unies à Beyrouth sous un titre qu’il a clairement déclaré : Solidarité avec les Libanais qui souffrent depuis longtemps. Le titre est attrayant et expressif, et décrit la réalité de la situation des Libanais. Mais les Libanais ont-ils encore besoin de déclarations et de discours, ou de mesures et de décisions concrètes ? Même les décisions seules ne suffisent plus. Il faut des mécanismes exécutifs et des mesures pratiques pour qu’elles ne restent pas inutiles.

La résolution la plus importante pour les Libanais aujourd’hui est la résolution 1559, qui stipule l’unité des armes sur le territoire libanais, dans laquelle le Conseil de sécurité de l’ONU a demandé la dissolution et le désarmement de toutes les milices libanaises, et a soutenu l’extension du contrôle du gouvernement libanais sur tout le territoire libanais. Antonio Guterres a-t-il l’intention et les outils pour réaliser cet objectif ? Sinon, sa visite n’aura aucun résultat stratégique concret.

Bien sûr, le soutien international est important à ce stade, surtout au niveau économique. Mais il sera gaspillé s’il ne se concentre pas sur le cœur et la racine du problème : le Hezbollah. Les performances du Hezbollah au Liban et dans la région arabe sont ce qui a amené le Liban à ce qu’il a atteint. Et les batailles futiles du Hezbollah partout ont plongé les Libanais dans une guerre féroce avec la pauvreté, la faim, l’humiliation, la frustration et l’émigration. La dépendance du Hezbollah à l’égard de l’Iran et sa croyance en la théorie du « wilayet el-faqih » ont fait perdre au Liban son adhésion aux pays arabes, notamment à la région du Golfe, et l’ont transformé en un État sur la voie de l’échec, si bien que nous ne pouvons pas dire qu’il s’agit d’un État en faillite absolue.

Guterres proclamera-t-il ces faits durs et difficiles et incitera-t-il la communauté internationale tout entière à résoudre ces faits difficiles ? S’il ne le fait pas, alors le Liban est sur la voie de l’effondrement et de la désintégration, et nous resterons les otages des armes du Hezbollah, et les otages du mensonge de la théorie de la résistance.