SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 26 November 2022, Saturday |

Bulletin d’informations de « Sawt Beirut International » du dimanche 3 octobre 2021

Dans le bulletin d’aujourd’hui:

– Est-il temps de faire taire la voix du peuple ?
– Est-il nécessaire d’augmenter le salaire minimum ?
– Qui protège les hommes de la violence domestique ?

C’est malheureux la situation que vivent les citoyens et le pays ! Croyez-vous que pendant que les gens ne savent pas comment vivre avec leur maigre salaire, comment envoyer leurs enfants à l’école, et comment aller au travail avec un bidon d’essence de plus de 200.000 LBP, et qu’ils sont incapables de visiter un médecin ou d’entrer dans un hôpital, savez-vous à ce moment précis à quoi les fonctionnaires sont occupés ?

Ils sont occupés par une pièce de théâtre appelée « Tanfisa » qui sera présentée au « Théâtre Al-Madina » à Beyrouth. Le crime de la pièce susmentionnée est que ses auteurs et exécutants ne l’ont pas soumise à la Sûreté générale pour obtenir son approbation préalable.

Sommes-nous au début du 21ème siècle ou dans les ténèbres du Moyen Age ? Dans quel pays autre que les pays policiers totalitaires les œuvres de création sont-elles présentées aux services de sécurité et de renseignement ? Quel soldat, aussi haut gradé soit-il, est autorisé à dire oui à une représentation théâtrale et à dire non à une autre représentation théâtrale ? Les amis, nous sommes à l’ère de l’internet et des sites de réseaux sociaux. Nous sommes à l’ère de l’abolition des frontières et de la transformation du monde entier en un village global, alors comment pensez-vous encore des moyens de contrainte, de prévention, de suppression et d’oppression ?

Nous savons que le problème est ailleurs, notamment que la pièce critique le président et la classe politique corrompue, les traitant de voleurs. Les gens d’honneur, et de grandeur avaient-ils besoin d’une pièce pour savoir comment les gens les perçoivent ? Vous, messieurs, êtes des voleurs et même plus.

Tout le monde vous connaît et vous n’avez pas besoin de recruter la Sûreté générale pour empêcher les Libanais de vous appeler par ce titre. C’est votre titre et vous le méritez. Où est-ce que vous le fuyez ? Un dernier mot sur la question. Les responsables de la Sûreté générale savent-ils qu’il y a quelque temps, le Parti social nationaliste syrien a organisé un défilé militaire dans la rue où la pièce était présentée, sans l’intervention d’aucun appareil de sécurité et sans que l’État ne prenne aucune mesure contre ceux qui ont organisé et exécuté le défilé militaire ?

Le spectacle militaire est-il devenu plus cher au cœur des autorités que la représentation théâtrale ? Honte à notre pays !