SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 4 December 2022, Sunday |

Bulletin d’informations de « Sawt Beirut International » du lundi 20 décembre 2021

Dans le bulletin d’aujourd’hui:

– Une affaire noire entre le duo chiite et Bassil: Bitar et les expatriés en échange du gouvernement

– Guterres: Il n’y a pas de conférence pour mettre en œuvre les résolutions internationales et le scénario somalien est exclu

– Le Liban deviendra-t-il une île isolée sans Internet au début de l’année?

C’est l’affaire de l’année par excellence.

Les Héros de l’accord: Le Hezbollah et le Mouvement patriotique libre.

Le sujet du deal: Changer l’enquêteur judiciaire dans le crime de bombardement portuaire Tarek Bitar, en échange de la modification des sondages des populations dispersées. C’est dans l’adresse publique.

Quant aux détails, le chef du Mouvement patriotique libre, Gebran Bassil, et le chef de l’unité de liaison du Hezbollah, Wafiq Safa, sont chargés des négociations.

Jusqu’à présent, il a été convenu ce qui suit: Le Conseil constitutionnel a accepté le recours déposé par le Mouvement patriotique libre, qui soulage le Mouvement patriotique libre et Bassil, notamment du scrutin des épars, qui menace Gebran Bassil d’échouer dans sa circonscription.

En revanche, le Hezbollah revient au conseil des ministres, à condition que le gouvernement, lors de sa première réunion, décide de siéger les juges de première classe, c’est-à-dire le président du Conseil supérieur de la magistrature, le procureur de la République de cassation, le Procureur et Chef de l’Inspection Judiciaire, qui constitue une introduction et un prélude à la position de l’enquêteur judiciaire dans une affaire Beyrouth Port Juge Tarek Bitar.

Y a-t-il quelqu’un qui puisse croire que l’immoralité politique a atteint ce niveau?

Peut-on croire que l’autorité politique ose s’immiscer à un degré aussi scandaleux dans le travail de la magistrature et des juges?

Quelqu’un peut-il croire que changer Bitar a nécessité de changer les quatre hauts magistrats de la république pour plaire au Hezbollah, et parce que le Hezbollah ne veut pas d’enquête judiciaire et ne veut pas révéler la vérité sur le crime portuaire?

En effet, c’est une farce, qui n’arrive pas même dans les pires régimes et dans les pays les plus arriérés.

En tout cas, nous étions parfaitement conscients que le Hezbollah maîtrise le jeu du troc, et qu’il n’y a aucun tabou à ce niveau.

Mais ce que nous ne savions pas, c’est que le Mouvement Patriotique Libre était prêt à échanger le sang des victimes de l’explosion du port de Beyrouth.

Tout comme nous ne le savions pas, Gibran Bassil et Wafiq Safa sont les deux faces d’une même pièce, et que le Mouvement patriotique libre et le Hezbollah sont tous deux impliqués dans des accords noirs suspects!