SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 21 October 2021, Thursday |

Bulletin d’informations de « Sawt Beirut International » du Lundi 20 Septembre 2021

Dans le bulletin d’informations d’aujourd’hui:

Ce qui s’est passé aujourd’hui au Parlement libanais est un scandale. C’est un double scandale.

Le premier scandale est que les responsables de la Chambre des représentants, de la séance de confiance et du Palais de l’UNESCO n’ont pas remarqué que l’électricité est coupée la plupart du temps au Liban.

Par conséquent, la tenue d’une session de la Chambre des représentants, dans les derniers jours de l’été, nécessite une énergie électrique auxiliaire.

Il a été confirmé à tous, une fois de plus, que les responsables de la Chambre des représentants vivent « dans un autre monde ».

C’est ainsi que les représentants de la nation ont attendu à l’extérieur de la salle pendant plus d’une demi-heure car leur entrée était impossible et les a exposés à l’étouffement dû à la chaleur intense !

De quel mépris s’agit-il ? Quel euphémisme ? Quelqu’un peut-il justifier ce manque de responsabilité ?

Le scandale a été suivi d’un scandale plus important et plus dangereux, représenté par le fait que les responsables du Conseil et du Palais de l’UNESCO ont eu recours au responsable du Hezbollah à Beyrouth pour leur envoyer deux générateurs électriques sur deux camions à grande vitesse.

Il est plus probable que du diesel iranien interdit au niveau international ait également été utilisé pour faire fonctionner des générateurs, bien que certaines déclarations officielles le démentent.

Comment le président de la Chambre des représentants, le bureau du Conseil, le gouvernement et son président justifient-ils ce qui s’est passé ?

Les députés, ou du moins certains d’entre eux, n’étaient-ils pas censés se soulever contre le fait accompli ?

Est-il normal que l’Etat ne puisse pas se procurer l’électricité, lors d’une séance tenue par la Chambre des représentants, afin de discuter de la déclaration de confiance ?

Est-il raisonnable que l’État du Hezbollah, ses générateurs et son mazout deviennent le refuge des fonctionnaires de l’État dans tous les domaines ?

Tout est permis tant que la Chambre des représentants et tout l’État sont à vendre ! Félicitations Iran!