SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 17 January 2022, Monday |

Bulletin d’informations de « Sawt Beirut International » du lundi 6 décembre 2021

Dans le bulletin d’information d’aujourd’hui:

– Quel est le sort du gouvernement et des relations du Liban avec les pays du Golfe après la déclaration de Marcon-Bin Salmane?

– Plus de 9 milliards de dollars sont sortis du Liban… Y a-t-il une signification à « Capital Control »?

– Les résultats des élections de l’Union générale du travail sont-ils prédéterminés?

C’est un pays qui ne sait pas quoi faire, et c’est un gouvernement qui ne sait pas quoi faire.

Depuis un moment, on entend dire que l’État s’occupe vigoureusement de la question de la contrebande et des passeurs, et que le dossier Captagon est définitivement clos.

Nous avons cru ce qui a été dit, et nous avons considéré, un instant, que l’Arabie saoudite, dans ses propos sur la contrebande de Captagon, escroquait le gouvernement libanais et les responsables libanais.

Mais aujourd’hui, tout ce qui était caché a été révélé et la vérité a émergé.

Le ministre de l’Intérieur a déclaré que l’Etat doit parvenir à une conclusion sur la question de la contrebande qui a lieu à travers le Liban, et qu’il révélera les opérations de contrebande qui ont eu lieu.

Quelle est cette contradiction entre la position d’hier et la position d’aujourd’hui ? Le gouvernement et les agences concernées ont-ils été négligents auparavant, jusqu’à ce qu’ils prennent leur décision aujourd’hui et décident de prendre des mesures pratiques liées à tout ce qui menace ses relations avec l’État arabe ? Bien sûr, il vaut mieux que l’État et le gouvernement arrivent tard que jamais.

Mais les responsables libanais n’ont-ils pas apprécié, dès le départ, le danger de cette contrebande sur les relations arabes du Liban ?

Est-il nécessaire, d’atteindre toujours le point de chute, pour bouger et faire ce que notre devoir nous impose ?

Dans le dossier du gouvernement, il n’y a rien de nouveau.

La victoire illusoire qu’a remportée Najib Mikati grâce à l’appel téléphonique qui a eu lieu avec lui ne semble pas aboutir à un résultat tangible.

Il n’est toujours pas en mesure de convoquer son gouvernement à une réunion, car il ne peut rien demander au duo chiite, et parce que le duo insiste toujours pour « changer » le juge Tarek Bitar avant de discuter du retour à la table du cabinet.

Cela ne veut-il pas dire que ce que Mikati a gagné au téléphone n’est qu’un chèque sans solde ?

Cela ne signifie-t-il pas que sa victoire sur le fil ne rendra pas la route du gouvernement claire et sûre ?