SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 8 December 2021, Wednesday |

Bulletin d’informations de Sawt Beirut International du mardi 23 novembre 2021

Dans le bulletin d’aujourd’hui:

– Comment les professions visuelles sont-elles entrées dans le bazar du favoritisme et de l’obstruction?

– L’État a-t-il l’intention de dépenser l’intégralité de ses revenus en salaires et traitements?

– Comment les femmes ont-elles réagi aux déclarations masculines de Mikati?

Le Premier ministre Najib Mikati n’a pas préservé l’image de l’élégant Premier ministre, après que sa langue l’a trahi.

Il a comparé la célébration de l’indépendance du Liban à une femme divorcée célébrant son anniversaire de mariage, pour dire que, si elle avait adhéré à ce qui avait été convenu, avant le mariage, elle n’aurait pas divorcé.

Cette masculinité de Najib Mikati, a occupé l’espace virtuel, entre hier et aujourd’hui, mais malgré sa superficialité, elle exprime une crise profonde et enracinée.

Il semble que Mikati, soit un partenaire trompé. Puisuqe le duo chiite, l’a fait devenir premier ministre et prendre en charge le processus de sa formation, pour ensuite le perturber.

Il serait souhaitable que Mikati, utilise de sa masculinité, pour que le duo chiite, obéit à son gouvernement, avant d’atteindre une catastrophe.

La réalité, inévitablement, en cas d’ingérence dans le système judiciaire pour le dessaisissement de l’enquêteur judiciaire dans l’affaire de l’explosion du port de Beyrouth, le juge Tarek Bitar.

En plus de retirer le Liban de ses relations avec les pays arabes, et la raison est le Yémen.

Il semble que la voiture présidentielle de fabrication allemande, qui a transporté les trois présidents hier, de Yarzeh à Baabda, ne soit pas prête pour faire face aux problèmes et aux risques, dans les jours à venir.

Par conséquent, la recherche est en cours pour une voiture de fabrication française qu’Emmanuel Macron pourrait offrir au président Michel Aoun lors de sa tournée dans le Golfe la semaine prochaine.

A noter qu’il doit se rendre à Doha, à un moment où le président Aoun, l’a précédé. Et la question ce pose, est ce que Macron, sauvera-t-il le gouvernement dirigé par Mikati, sur lequel il a insisté, par une césarienne française?

Les milieux du Premier ministre disent que ce dernier compte sur la médiation française.

Et le voilà en train de faire ses bagages pour se rendre à Rome après-demain, jeudi, pour élever les prières de là-bas pour le Liban.

La prière portera-t-elle uniquement sur l’intention du Liban, ou se transformera-t-elle aussi, en une prière, sur l’intention d’un gouvernement qui est mort?