SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 20 September 2021, Monday |

Bulletin d’informations de « Sawt Beirut International » du mercredi 25 août 2021

Dans le bulletin d’information d’aujourd’hui :

– Le report de la rencontre Aoun Mikati, est-ce un report de la récusation ou pour permettre une médiation ?
– Le pétrolier iranien de Nasrallah est parti, mais il n’a pas décollé… et sur quelles bases politiques va-t-il accoster ?
– L’Arabie saoudite lève la suspension de la venue sur son territoire des résidents ayant reçu deux doses de vaccin dans le Royaume.

Jusqu’à présent, si rien d’inattendu ne se produit : pas de gouvernement. Les fonctionnaires du palais de Baabda disent à tous ceux qui posent des questions sur le gouvernement attendu : Il n’y a rien de nouveau. D’un autre côté, l’équipe de Mikati est irritée par les atermoiements et considère que le temps ne joue plus en sa faveur. Quant à Mikati, il ressent la gravité de la situation et évite de se rendre au palais de Baabda. Les pourparlers entre lui et le président de la République se déroulent donc par l’intermédiaire d’un médiateur. C’est une façon nouvelle et étrange de former un gouvernement. Mikati a-t-il désespéré des pourparlers directs et des visites fréquentes et rapides au palais de Baabda, alors il a préféré ne pas affronter ? En fait, la même situation difficile se répète.

Quand Mikati réalisera-t-il que ce qui s’est passé avec Mustafa Adib et Saad Hariri se répétera inévitablement avec lui, et que l’équipe du « mandat fort » ne lui permettra pas de former un gouvernement qui réponde d’abord à sa demande, et ensuite aux conditions du club des anciens premiers ministres. M. Mikati : Vous avez dit à plusieurs reprises après votre désignation que votre désignation est limitée à un temps précis, et que vous ne voulez pas que la désignation soit ouverte et indéfinie. Pourquoi ne faites-vous pas encore ce pas courageux ? Vous savez que Michel Aoun ne renoncera pas au tiers de blocage. Pouvez-vous le lui donner ? Et vous savez qu’Aoun veut un contrôle sécuritaire et judiciaire en vue des élections parlementaires, ce qui signifie qu’il veut avoir la première influence dans les ministères de l’intérieur et de la justice. Pouvez-vous accepter cela ? Et vous savez qu’Aoun et son équipe veulent un gouvernement docile qui réalisera pour eux tout ce qu’ils veulent à la veille des prochaines élections présidentielles.

Acceptez-vous de devenir un outil malléable entre les mains d’Aoun ? Pour toutes ces raisons, Monsieur le Président : récusez-vous et révélez au public ce qui s’est passé avec vous d’un mois à aujourd’hui. Êtes-vous prêt pour cela, ou préférez-vous devenir une autre victime de Michel Aoun, et devenir Saad Hariri 2 ?