SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 8 December 2022, Thursday |

Bulletin d’informations de « Sawt Beirut International » du mercredi 6 octobre 2021

Dans le bulletin d’informations d’aujourd’hui :

– Comment le pétrolier iranien a-t-il traversé sa route vers Baniyas ?
– La crise de l’essence est-elle de retour ?
– Que va-t-il se passer, suite à la visite de Le Drian au Royaume ?

Pourquoi le Hezbollah est-il si nerveux à ce stade ? Les causes de la tension sont-elles locales, régionales ou internationales ? Quelles que soient les raisons, la tension est claire, et elle peut apparaître dans les performances du Hezbollah dans son ensemble. La visite du chef de l’unité de coordination et de liaison, Wafiq Safa, au palais de justice de Beyrouth est inhabituelle et ne s’était jamais produite auparavant. De plus, les mots que Safa a délibérément divulgués par une femme journaliste qui était présente sur place confirment que ce qui s’est passé était voulu et planifié. La visite de Safa a été suivie d’une prise de position remarquable du chef du Conseil exécutif du Hezbollah, Hachem Safi Al-Din, dans laquelle il a attaqué les États-Unis avec fermeté, les accusant d’influencer la sécurité du Liban, politiquement, économiquement et financièrement. Safi Al-Din ne s’est pas contenté de cela, mais a souligné que l’Amérique est forte dans le pays, et que Hezbollah les en expulsera au moment approprié.

Et cela ne se limite pas à cela. Il y a deux jours, le député Hassan Fadlallah a accusé Washington d’interférer dans les enquêtes liées à l’explosion du port. Toutes ces positions indiquent que Hezbollah est tendu et qu’il a l’intention d’envoyer un message spécifique à l’intérieur et à l’extérieur. La raison en est qu’il n’est pas à l’aise avec les performances de l’armée ou celles du système judiciaire. Ces deux institutions fonctionnent de manière indépendante, et leurs performances reflètent un attachement à cette indépendance. La preuve : l’adhésion arabe et internationale à l’armée pour qu’elle reste solide malgré les circonstances difficiles, et l’adhésion libanaise au système judiciaire pour qu’il mène à bien la bataille des enquêtes contre le système corrompu.

En résumé, malgré sa force militaire supérieure, le Hezbollah pense qu’il est en difficulté, et que ses missiles n’ont pas toujours un impact au niveau national. Les gens en ont assez de l’obstination et veulent vivre une vie digne plutôt que de mourir et d’être assassinés au nom de l’alliance iranienne. Le Hezbollah s’en rendra-t-il compte ou continuera-t-il à penser qu’aucune opinion, pas même celle des opprimés, des appauvris et des affamés, ne peut être entendue au-dessus du rugissement de la guerre ?