SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 16 October 2021, Saturday |

Bulletin d’informations de « Sawt Beirut International » du samedi 14 août 2021

Dans le bulletin d’informations d’aujourd’hui :

– Le rendez-vous de lundi à Baabda a été annulé, le gouvernement Mikati s’est-il évaporé ?

– La levée des subventions porte un coup fatal à l’agriculture, à quand la révolte des paysans ?

– Quel est le message d’Israël en révélant l’énorme réseau de tunnels du Hezbollah ?

Le rendez-vous de Mikati a été annulé lundi au palais de Baabda, et la formation du gouvernement a été reportée au moins jusqu’à nouvel ordre. C’est la vérité amère qui est apparue aujourd’hui, et selon les informations de « Sawt Beirut International », le Président de la République est très en colère contre le Premier Ministre désigné et le considère comme responsable, en collusion avec l’ancien Premier Ministre Saad Hariri, de la déclaration qui a été faite par le Gouverneur de la Banque du Liban pour lever les subventions aux carburants, d’autre part, le Premier Ministre désigné est en colère contre l’équipe du Président Aoun parce qu’il a appelé à une session pour le gouvernement démissionnaire et l’a considéré comme une tentative de le contourner lui et son rôle.

Ainsi, nous sommes à nouveau au milieu de l’impasse, et dans un retour révisé aux mauvaises relations entre les présidents Aoun et Hariri, et par conséquent, toutes les paroles optimistes que Mikati a prononcées devant le Palais républicain sont tombées et leur chute a été grande, mais la situation bloquée n’est pas liée aux gens du système mais au peuple. Il fut un temps, même en temps de guerre, la situation était meilleure. L’état de misère dans lequel nous vivons n’a jamais été atteint auparavant, pas d’électricité, pas de générateurs, pas de médicaments, pas d’hôpitaux, pas d’écoles, pas d’universités, pas de magasins, pas de restaurants, pas d’hôtels. C’est la période la plus sombre de l’histoire du Liban. Tout s’est éteint sous nos yeux, même l’espoir n’existe plus, alors qu’est-ce que ce « mandat fort » dans laquelle rien n’a été livré et aucun secteur n’est resté inébranlable ?

Président Aoun, admettez l’amère vérité. Dites à votre peuple que vous n’avez pas réussi à diriger le navire pour de nombreuses raisons, et que vous avez démissionné pour que l’histoire enregistre une seule bonne action de votre « mandat fort ». Ou êtes-vous incapable d’être fort même dans la résignation ?