SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 30 November 2022, Wednesday |

Bulletin d’informations de «Sawt Beirut International» du Samedi 30 Octobre 2021

Dans le bulletin d’aujourd’hui:

– L’imprudence de George Kordahi isolant le Liban des pays du Golfe.

– Riyad convoque son ambassadeur à Beyrouth et demande à l’ambassadeur libanais de partir

– Le Conseil de coopération du Golfe a suivi l’exemple de l’Arabie saoudite et a commencé à expulser les ambassadeurs libanais

Cette fois, il n’y a pas de compromis.

Le Royaume d’Arabie saoudite, avec les États du Golfe, a rejeté et dénoncé les déclarations du ministre de l’Information Georges Kordahi, dès le moment où elles ont été lancées, et la diplomatie saoudienne, est allée dans tous les sens.

En revanche, la réaction du gouvernement libanais n’a pas été au niveau requis, et son président, Najib Mikati, n’a pas été à la hauteur de ses responsabilités.

Bien sûr, nous avons entendu la déclaration de Mikati, qu’il a faite après la diffusion de la vidéo de Kordahi, dans laquelle il tentait d’atténuer l’impact des déclarations du ministre de l’Information, mais en même temps, nous avons entendu la déclaration de Kordahi, qui a insisté sur sa position et n’a pas présenter d’excuses. Est-ce que les deux postes sont-ils responsables?

Est-il normal que le Premier ministre ne puisse pas confier un ministre à son gouvernement?

Alors, est-ce ainsi que l’on traite une question liée aux intérêts d’environ un million de Libanais, ayant des liens économiques et financiers directs avec l’Arabie saoudite et les pays du Golfe?

Ainsi, les relations diplomatiques entre le Liban et l’Arabie saoudite ont été rompues, et entre le Liban et Bahreïn, puis entre le Liban et le Koweït, et le reste viendra, car tous les pays du Golfe suivront apparemment l’exemple de l’Arabie saoudite.

Face à cette situation catastrophique, les vrais traitements sont quasiment absents.

Kordahi insiste sur son poste et ne démissionnera que jusqu’à présent, alors que son parrain, Suleiman Franjieh, a visité Bkerké, et a confirmé de là qu’il défendait Kordahi, et lui, à son tour, prendrait la décision qu’il jugerait appropriée !

Tant que c’est le cas, l’entière responsabilité incombe à Kordahi.

Et au ministre de l’Information nous disons: Vous connaissez la réalité de la situation politique interne et régionale, et vous savez que dans la région il y a une bataille acharnée entre les Arabes et l’axe perse, que l’on appelle à tort « l’axe de résistance ».

Vous savez aussi que le Liban est un pays arabe, avec une identité et une appartenance, et que ses intérêts sont avec les pays du Golfe et les pays arabes, pas avec l’Iran.

Par conséquent, ce que vous avez dit constitue un crime contre le Liban et ses relations avec les pays arabes.

Ayez le courage de démissionner, car vous mettez en danger la vie d’un million de Libanais.

Si vous démissionnez, vous serez comme quelqu’un qui s’est trompé et a essayé d’en limiter les conséquences dévastatrices.

Mais si vous ne démissionnez pas, vous commettez un péché majeur contre plus d’un million de Libanais.

Entre une erreur que vous pouvez partiellement corriger, et un péché qui ne sera pas totalement pardonné, que choisiriez-vous?