SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 6 December 2022, Tuesday |

Bulletin d’informations de Sawt Beirut International-Mercredi 22 décembre 2021

Dans le bulletin d’aujourd’hui :

– Y a-t-il des obstacles cachés devant le vote des expatriés ?
– Bassil et son bloc sont-ils en danger électoral ?
– L’Internet va-t-il devenir réservé à ceux qui ont de l’argent ?

Une fois de plus, le Courant patriotique libre prouve qu’il est un échec en politique et qu’il ignore la réalité de la structure libanaise. Gebran Bassil croyait que lorsque Aoun arrivait au pouvoir, il était capable de diriger le Liban, défier tout le monde et gagner en force sur tout le monde, croyant que son entente avec le Hezbollah lui permet de faire ce qu’il veut quand il veut. En effet, Bassil était en désaccord avec les Forces libanaises et les Marada, et il n’avait aucun soutien chrétien. Puis il s’est engagé dans des affrontements sévères, tantôt avec Walid Joumblatt, tantôt avec Nabih Berri, duquel il est sorti le plus souvent comme un perdant déçu. Enfin, il s’est engagé dans une bataille avec son allié sunnite, Saad Hariri. Seul le Hezbollah est resté avec lui sur le terrain.

Mais ce que Bassil n’a pas remarqué, c’est que le Hezbollah ne le considère pas comme le premier sur la liste de ses priorités. Hezbollah bouge selon les priorités suivantes : l’unité de l’arène chiite, l’évitement des conflits entre sunnites et chiites, et son entente avec le Courant patriotique libre. Par conséquent, Bassil est le troisième sur la liste des priorités du Hezbollah.

C’est cet arrangement qui explique pourquoi le Hezbollah n’a pas soutenu le chef du Courant patriotique libre dans la bataille pour affronter le Conseil constitutionnel, laissant Nabih Berri lui porter un coup quasi fatal, à lui et au reste de son mouvement. Que fera Bassil dans ce cas ? Va-t-il rompre son alliance avec le Hezbollah, ou se trouve-t-il dans l’incapacité de le faire pour des milliers de raisons ?

Bassil et le Courant patriotique libre tout entier sont devenus les otages du Hezbollah, que ce soit politiquement ou financièrement, et ils n’ont donc aucune capacité à se détacher du Parti jaune (Hezbollah). Tout comme Hassan Nasrallah est un soldat de l’armée du Wali al-Faqih, Bassil est un soldat de l’armée de Nasrallah. Est-il possible pour un petit soldat de se rebeller contre son commandant en chef ?