SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 2 December 2022, Friday |

Bulletin d’informations de Sawt Beirut International mercredi 8 Décembre 2021

Dans le bulletin d’aujourd’hui:
Le vieux billet de cent dollars… une nouvelle façon de tricher
Double scandale pour les membres de la sécurité publique: valet et vol
Les enseignants des écoles publiques sont victimes de la procrastination

Le Liban est un pays d’étrangeté et d’émerveillement. Dans un pays d’étrangeté et d’émerveillement, tout est possible. Une carte de financement approuvée mais… Pas de financement!
Un dollar monte et descend sans contrôle parfois pour raison, et parfois sans raison! Des banques acceptent et des banques qui n’acceptent pas les vieux papiers en dollars, comme si la valeur de la monnaie verte était dans la couleur et la propreté de son papier, pas dans ce qu’elle représente moralement!
Le Président de la République est très à l’aise dans le palais de Baabda, rassurant les Libanais qu’il n’y a pas lieu de s’inquiéter ! Le Président de la Chambre des représentants, qui n’a jamais été connu pour respecter les lois et règlements, déclare et affirme que l’application des lois est la porte d’entrée de la réforme !
Pour compléter le tableau : un chef de gouvernement qui bouge et travaille à première vue, tient des réunions bilatérales, trilatérales, quadruples au Sérail, mais ne veut pas faire une réunion de son gouvernement . Depuis sa mise en œuvre au Liban, la Charte n’a jamais été une charte doctrinale, c’est-à-dire pour toutes les sectes au sein des deux grandes communautés.
Mais tout cela suffit, et le juge Tarek Al-Bitar a été poursuivi pour représailles etvdes affaires contre l’État. Alors l’impudence est-elle une qualité de ce système? Est-il raisonnable qu’elle ne se soucie pas de la destruction qui s’est abattue sur Beyrouth, ni des blessés qui ont souffert, ni des victimes qui sont tombées, et tout son souci maintenant est de défendre certains de ses hommes sous prétexte qu’ils sont innocents et n’ont rien à voir avec ce qui s’est passé dans le port?
Disons que ceux-ci sont innocents. Sommes-nous tenus de dire à pleine voix que les victimes du port se sont suicidées collectivement pour qu’Ali Hassan Khalil se repose, que Ghazi Zaiter dort sans souci ,que Nohad al-Mashnouk sourit, Youssef Fenianos sera satisfait et fait taire Hassan Diab ? Chaque affaire que vous déposez contre al-Bitar est une preuve supplémentaire de votre implication. A-t-il peur de la justice celui qui n’est pas impliqué?