SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 30 June 2022, Thursday |

Dans le bulletin d’information… Au bulletin d’information… Monsieur le Président: Nous sommes dégoûtés et non pas vous!

« Je ne suis pas faible… je suis dégoûté », a déclaré aujourd’hui le président de la République, le général Michel Aoun, dans une interview à la presse. Deux choses principales qui attirent l’attention dans la déclaration présidentielle de cinq mots et pas plus. La première chose est que le président Michel Aoun est passé, au cours des cinq derniers mois de son mandat, du stade de montrer qu’il est fort à celui de nier la faiblesse de sa condition.

Est-il logique que le président fort soit devenu tout soucieux de confirmer qu’il n’est pas faible ? Ce que le président a dit confirme une fois de plus la situation difficile du mandat la situation difficile de son maître, et la situation difficile de tous les politiciens qui l’ont soutenu!

La deuxième chose remarquable dans la déclaration était l’affirmation du président Aoun selon laquelle il est dégoûté. Est-ce lui qui devrait être dégoûté, ou nous? Pourquoi et de quoi vit-il dans un état de dégoût?

Souffre-t-il de la vie chère comme nous? Attend-il comme nous dans les queues d’humiliation devant les stations-service? Souffre-t-il comme nous chaque fois que nous allons dans une banque pour retirer notre salaire, alors nous sommes insultés, provoqués et obligés de laisser la plus grande partie à la banque?

S’il vous plaît Monsieur le Président, nous sommes dégoûtés pas vous. L’une des principales raisons de notre dégoût est l’état des choses à votre mandat. Parce qu’aujourd’hui c’est la fête des pères, on se souvient du surnom qui vous a été donné au début du mandat, « père de tous ». Pourquoi n’avez-vous pas su conserver le titre? Pourquoi, au lieu d’être un père pour tous les Libanais, n’êtes-vous devenu un père que pour Gebran Bassil et pour vos partisans?

Vraiment, c’est une fin sombre au mandat fort!